REEE : profitez des subventions

Vous pourriez recevoir près de 11 000 $ de la part des gouvernements fédéral et québécois pour les études de chacun de vos enfants. Comment? En cotisant à un Régime enregistré d’épargne-études (REEE). Si vous êtes considéré comme une famille à faible revenu, vos enfants pourraient même obtenir jusqu’à 2000 $ chacun, sans que vous ayez à déposer un seul sou!

 

 

 

Qu’est-ce qu’un régime enregistré d’épargne-études?

Ce programme permet de mettre de l’argent de côté en prévision des études d’un enfant. Les cotisations ne sont pas déductibles d’impôt comme dans un REER, mais elles croissent à l’abri de l’impôt, comme dans un CELI. Le REEE se distingue cependant par les généreuses subventions accordées par les gouvernements pour chaque dépôt.

À combien s’élèvent les subventions?

Au fédéral :

  • 20 % à 40 % (selon le revenu familial) pour les premiers 500 $ investis dans l’année
  • 20 % pour les 2000 $ suivants, dans la même année.
  • Un enfant peut recevoir un maximum de 7200 $ à vie pour cette subvention.
  • Le bon d’études canadien permet aussi aux enfants de familles à faible revenu d’obtenir jusqu’à 2000 $ sans avoir à cotiser.

Au Québec :

  • Entre 10 % et 20 % jusqu’à un maximum de 250 $ à 300 $ par année, selon le revenu familial.
  • Un enfant peut recevoir un maximum de 3600 $ à vie pour cette subvention.

Qui peut ouvrir un REEE?

Tous les adultes proches de l’enfant peuvent lui ouvrir un REEE individuel ou collectif (cotisations de plusieurs souscripteurs mises en commun). Les régimes familiaux (destiné à plusieurs enfants d’une même famille) ne peuvent cependant être ouverts que par des personnes ayant un lien de parenté avec les enfants.

Est-ce risqué?

Le niveau de risque du REEE dépend du produit dans lequel l’argent est investi (fonds commun, certificats de placement garanti, etc.). Votre conseiller financier devrait vous guider en tenant compte de votre profil d’investisseur. Cependant, plus la date du retrait approche, plus les placements devraient être sécuritaires.

Si mon enfant ne poursuit pas d’études postsecondaires?

Les subventions peuvent souvent être transférées à un autre enfant. Vérifiez toutefois ce détail avant d’investir, car ce n’est pas toujours le cas. Sinon, elles sont retournées aux gouvernements. Vos cotisations, elles, vous seront remises. Sachez toutefois que les revenus qu’elles ont générés sont imposables. Vous auriez donc avantage à les transférer dans votre REER.

Exclamation jaune 3Attention! « Généralement, les régimes collectifs sont moins souples. Au moment de choisir un REEE, je recommande de vérifier les frais d’adhésion, les frais annuels, l’obligation ou non de déposer un certain montant, le choix de placement à l’intérieur du REEE, les possibilités de transfert, les restrictions et les frais de fermeture. Ça varie d’une institution à l’autre. Cela vaut la peine de faire des recherches », indique Maud Salomon, conseillère en sécurité financière et représentante en épargne collective rattachée à Mica Capital.

Vous pouvez également écouter la chronique de Nathalie Côté sur le REEE à CILE-FM.

 

Pour plus d’informations :

Incitatif québécois à l’épargne-études

Agence du revenu du Canada (REEE) 

Études : comment investir dans un REEE sans se tromper (Protégez-Vous)

REEE : évitez de gruger ces précieuses économies! (Protégez-Vous)

Différents régimes sous la loupe (La Presse)

 

Nathalie Côté
Suivez-moi

Nathalie Côté

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Journaliste depuis 17 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté
Suivez-moi

Les derniers articles par Nathalie Côté (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *