Voir grandir les enfants et écrire

Marie-Ève Boudreault blogueuse

Parents de jumeaux de 7 ans et d’une fillette d’un an, Marie-Ève Boudreault et son conjoint ont adopté la voie de la simplicité volontaire, une démarche qu’elle aborde dans ses blogues Je Materne, Mamans Zen et This Parenting Thing (en anglais). Ses petites et grandes économies lui permettent de faire l’école à la maison et de se consacrer à l’écriture d’un premier livre qui devrait être publié cette année.

 

 

Dès l’enfance, Mme Boudreault a été sensibilisée à l’écologie, aux injustices sociales et à l’importance de la famille. À l’adolescence, elle remettait tout en question et s’intéressait à des courants de pensée alternatifs. « J’ai été très inspirée par un livre de Serge Mongeau qui parlait de simplicité volontaire et de spiritualité zen », explique-t-elle. À l’âge adulte, son mari et elle ont acheté une maison à rénover en région, notamment pour être près de la nature.

La plupart du temps, les possessions ne rendent pas heureux. Elles sont superflues et entravent le bien-être, estime-t-elle. La maman de 33 ans préfère vivre avec moins et se concentrer sur l’essentiel, comme le bonheur en famille et la réduction du stress. « Je ne m’attache pas vraiment aux objets. Et avec le temps, j’arrive à accumuler l’argent nécessaire pour ce que je veux vraiment, assure-t-elle. Ce que j’aime moins, par contre, c’est de m’occuper de la paperasse budgétaire. Il faut de l’organisation et de la volonté lorsqu’on choisit ce mode de vie. » Avec un seul salaire pour la famille, c’est essentiel!

Restreindre les dépenses

Parmi ses meilleurs trucs pour économiser : fréquenter un magasin-entrepôt pour l’épicerie (en respectant le budget alloué!), acheter des articles d’occasion et s’en tenir à la base pour les vêtements et le matériel dans la maison. Autant que possible, elle tente également de faire elle-même la cuisine, la couture, le jardinage et les rénovations afin d’économiser. « Vivre plus simplement nous permet de nous concentrer sur ce qui nous tient à cœur, nos familles et nos passions, indique-t-elle. Je veux être présente pour tous les moments importants de nos enfants. Je souhaite répondre à de vrais besoins, comme d’allaiter le bébé et faire du portage. »

D’ailleurs, elle constate que ses petits sont heureux au quotidien. « Ils comprennent qu’il faut économiser, choisir nos priorités et travailler pour avoir quelque chose. C’est un bel apprentissage. En nous entourant d’une communauté qui partage nos valeurs, je ne crois pas que cela devienne plus difficile pour eux en grandissant. »

Tout cela ne l’a cependant pas empêchée de prévoir un coussin financier pour l’avenir. En analysant ses finances avec un ami conseiller financier, elle a réussi à mettre de l’argent de côté dans des REEE pour les études des enfants. Elle a également investi un peu dans un REER et son conjoint bénéficie d’un fonds de pension au travail. « Je me questionne sur notre perception moderne de placer pour l’avenir, confie-t-elle toutefois. Est-ce qu’on se prive de profiter du moment présent en faisant trop d’heures ou en ayant un métier qu’on n’aime pas pour être possiblement plus heureux dans le futur? »

Quoi qu’il en soit, elle se consacre à ses rêves. « Même s’ils ne sont pas communs, je suis heureuse de nos choix. Le bonheur que nous vivons au quotidien vaut tout l’or du monde. » Un jour, elle aimerait acheter une grande terre boisée afin de fonder un écohameau avec des familles amies. Elle souhaite également visiter d’autres pays avec son mari et ses enfants.

 

Nathalie Côté
Suivez-moi

Nathalie Côté

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté
Suivez-moi

Les derniers articles par Nathalie Côté (tout voir)

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *