Comment choisir un bon vélo?

vélo

En entrant dans une boutique de vélos, les nombreux choix ont de quoi rendre perplexes. Voici quelques pistes pour choisir la bonne bicyclette!

« Avant de magasiner, il faut prendre le temps d’analyser sa pratique actuelle et à venir », recommande Jacques Sennéchael, rédacteur en chef de Vélo Mag. Par exemple, est-ce qu’on compte l’utiliser ses déplacements quotidiens ou pour faire du cyclotourisme? Certains modèles seront éliminés d’emblée.

 

 

Vélo de route

Il est conçu pour rouler sur l’asphalte. Si vous pensez l’utiliser pour l’entraînement, vous auriez avantage à choisir un modèle favorisant la performance, plus léger entres autres. « Par contre, si la personne veut faire de longues sorties et emporter des sacoches, le poids du vélo ne fera pas une grosse différence, souligne Claudia Roy, copropriétaire de la boutique Demers bicyclettes et ski de fonds. Mieux vaut privilégier le confort avec un guidon plus haut afin d’avoir une position plus droite, par exemple. »

Vélo de montagne

Avec ses suspensions et ses pneus larges à crampons, il est tout indiqué pour rouler hors route. « Il faut aussi déterminer si on va l’utiliser sur la terre battue ou faire beaucoup de descente par exemple, explique Mme Roy. Un conseiller pourra alors vous aider à choisir les suspensions et la fourche en conséquence. »

Vélo hybride

À mi-chemin entre les deux précédents, c’est le plus populaire. Plus agréable à utiliser sur l’asphalte qu’un vélo de montagne, il glissera moins sur la poussière de pierre qu’un vélo de route. « Les hybrides performants ont une orientation plus sportive », précise M. Sennéchael.

Vélo urbain

Si vous prenez votre vélo pour vous déplacer chaque jour, mieux vaut choisir un modèle assez robuste. « Il faut aussi l’équiper afin de pouvoir transporter ses courses, par exemple », recommande M. Sennéchael.

Fat bike

Principalement utilisé comme vélo de montagne d’hiver au Québec, il peut aussi être utilisé dans le sable. « Si on en fait seulement dans de bonnes conditions, les pneus de 4 pouces de large sont suffisants, explique Gilles Morneau, président de l’Association régionale de vélo de montagne Québec Chaudière-Appalaches et chroniqueur à Vélomag. Sinon, il vaut mieux prendre ceux de 5 pouces. »

Quel prix?

La majorité des vélos se vend entre 200 $ et 2000 $, mais on peut en trouver de plus dispendieux encore. L’investissement dépend bien sûr de l’utilisation. Un vélo à 2000 $ est inutilement performant si vous vous contentez de faire de petites balades avec les enfants.

Par contre, une bicyclette achetée à bas prix dans une grande surface pourrait être mal assemblée et vous causer toutes sortes de problèmes. « Il faut s’attendre à payer au moins 500 $ pour un bon vélo, juge M. Sennéchael. Ceux de route sont généralement un peu plus cher alors je dirais à partir de 800 $ pour ceux-ci. »

Pour le fat bike? Entre 1000 $ et 2000 $. « On peut en trouver de moins chers dans certaines grandes surfaces, mais ce n’est pas idéal, juge M. Morneau. Ils sont souvent très lourds et les pièces sont de mauvaise qualité. Or, elles doivent être solides pour résister aux rigueurs de l’hiver. »

Bon ajustement

Idéalement, vous devriez pouvoir essayer votre vélo avant l’achat. Certains commerces acceptent de les prêter. D’autres les louent et réduisent ensuite le montant de la location du prix d’achat.

L’ajustement de la bicyclette, avec les professionnels de la boutique, est aussi primordial. « Même avec le meilleur vélo, vous aurez droit à des années de souffrance s’il est de la mauvaise taille, prédit M. Sennéchael. Et si vous avez toujours mal quelque part, il va finir dans le fond du garage. »

D’ailleurs, si le confort est important pour vous, demandez conseil quant au modèle de selle. « Plusieurs personnes cessent de faire du vélo parce qu’elles ont mal aux fesses, mais ça se peut une selle confortable, assure Mme Roy. Il faut prendre le temps de bien la choisir en fonction de son corps. »

Enfin, n’oubliez pas de faire l’entretien de votre vélo pour le conserver le plus longtemps possible!

Et le casque?

Payer plus cher pour un casque n’assure pas une meilleure protection. Ceux vendus au Canada doivent tous répondre à des normes strictes. Pour être totalement efficaces, ils doivent cependant être bien ajustés.

« Je suggère de l’essayer sans l’attacher, indique Jacques Sennéchael, rédacteur en chef de Vélo Mag. S’il se déplace lorsqu’on bouge la tête, ce n’est pas bon signe. » Le casque ne devrait jamais ballotter ou encore tomber sur le front ou la nuque. Ensuite, assurez-vous qu’il soit confortable. « Plus il est léger, mieux c’est, note Claudia Roy, copropriétaire de la boutique Demers bicyclettes et ski de fond. L’aération est aussi importante. » De plus, l’aérodynamisme est un atout pour les cyclistes performants.

Finalement, un casque devrait être changé tous les cinq ans. Les manufacturiers recommandent également de le remplacer après un choc, car il pourrait être moins efficace.

 

Exclamation jaune 3Attention! Si vous utilisez votre vélo pour vos déplacements et l’attachez un peu partout, il pourrait attirer l’attention des voleurs s’il vaut cher. Vous auriez intérêt à acheter un cadenas de bonne qualité. « Sa résistance est clairement liée au prix, tranche M. Sennéchael. Nous avons fait des tests et ceux de moins de 60 $ se coupent trop facilement. »

Version adaptée de textes publiés dans Pour une industrie en santé.

Nathalie Côté
Suivez-moi

Nathalie Côté

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *