Économiser par nécessité et rêver malgré tout

France Therrien

Parfois, économiser n’est pas un choix, mais une nécessité. Mère monoparentale de cinq enfants depuis une dizaine d’années, France Therrien en sait quelque chose. Cet hiver, elle a néanmoins réussi à se payer un voyage de trois jours à New York. À 41 ans, c’était son premier voyage hors du pays!

 

 

Cette mère au foyer compte principalement sur la pension alimentaire versée par son ex-conjoint pour joindre les deux bouts. « Je suis chanceuse, parce qu’il est pilote d’avion, mais parfois je gratte quand même les fonds de tiroirs », note-t-elle.

Par le passé, il lui est arrivé de demander de l’aide et d’avoir recours aux paniers de Noël. « Il ne faut pas avoir honte de demander plusieurs paiements pour l’école. Certaines ont même des budgets alloués pour aider les plus démunis, souligne-t-elle. Pour les sports, la Fondation bon départ de Canadian Tire offre aussi des bourses, mais il faut s’y prendre assez tôt. Il ne faut pas hésiter à cogner à différentes portes. Parfois, on est surpris par la générosité des gens. Je n’ai jamais fait dans le mélodrame, mais je n’avais pas peur de donner l’heure juste sur ma situation. »

Astuces pour économiser

La vie est un peu plus facile depuis que son aînée, âgée de 18 ans, a déniché un boulot. Elle peut assumer quelques-unes de ses dépenses personnelles. Mme Therrien continue néanmoins d’appliquer différentes astuces pour limiter ses dépenses.

Pour les repas, par exemple, elle mise sur des recettes économiques. « Souvent, je fais de grosses chaudronnées de riz avec beaucoup de légumes et de la viande hachée ou du poulet, selon ce qui est le moins cher, par exemple », illustre-t-elle.

Puisqu’elle a quatre fils âgés de 16 ans, 11 ans et deux jumeaux de 13 ans, elle peut aussi refiler les vêtements de l’un à l’autre. « J’ai eu de la chance parce que beaucoup de gens m’en ont donné aussi », note-t-elle. Souvent, elle mise également sur des sorties gratuites pour divertir ses jeunes.

« Je n’arrive pas toujours à offrir à mes enfants ce qu’ils voudraient, mais ils sont quand même assez bien gâtés, assure la maman. Moi, je me prive plus. » Elle a donc d’autant plus apprécié son périple dans la Grosse Pomme cet hiver! « C’était un cadeau à moi de moi. C’est sûr que le temps était frais, mais en basse saison, c’est moins cher », souligne-t-elle.

Rêver d’un tour du monde

Aujourd’hui, elle rêve de partir pour un tour du monde avec son sac à dos. Un voyage minimaliste pour réduire les coûts. « C’est un rêve d’adolescence, confie-t-elle. C’est d’ailleurs le moment où j’aurais dû le faire alors que je n’avais pas d’engagements. Mais il n’est jamais trop tard! »

En attendant, elle mise sur la valeur de sa maison pour vivre durant ses vieux jours. Passionnée de camping et de plein air, elle a aussi lancé un blogue, Passion balades, pour partager ses expériences de randonnées. Elle espère en tirer un certain revenu éventuellement.

 

Nathalie Côté
Suivez-moi

Nathalie Côté

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *