REER 101 : 10 questions pour comprendre

REER

C’est la « saison des REER » et les institutions financières rivalisent d’efforts pour vous faire investir. Voyez d’abord de quoi il en retourne en dix questions!

 

 

 

 

 

 

1- Un REER, qu’est-ce que c’est?

Le régime enregistré d’épargne retraite (REER) vous permet de reporter de l’impôt. Ainsi, les sommes que vous y déposez sont déductibles de votre revenu et vous permettent d’économiser de l’impôt. Par contre, elles sont imposables lors du retrait.

Exemple. Vous gagnez 50 000 $ et vous décidez d’investir 10 000 $ dans votre REER. Au moment de votre déclaration de revenus, vous bénéficierez d’une économie d’impôt d’environ 3700 $. À la retraite, lorsque vous allez retirer vos 10 000 $, vous devrez payer de l’impôt sur ce montant. Combien? Cela dépendra de votre revenu.

Plusieurs spécialistes recommandent de réinvestir votre remboursement d’impôt dans votre REER. Vous aurez ainsi encore plus d’argent en vue de votre retraite.

2- Est-ce risqué?

Il faut comprendre que le REER n’est pas un produit financier. Le niveau de risque dépend des investissements que vous y ferez. Vous pourriez choisir des certificats de placement garanti, des fonds communs de placement, des fonds négociés en bourse, des actions, etc.

Afin de sélectionner les meilleurs produits pour vous, vous devriez vous baser sur votre profil d’investisseur. En vous questionnant sur votre situation, votre conseiller ou votre robot-conseiller peut vous aider à le déterminer. Vous devriez aussi mettre à jour votre plan en fonction des changements dans votre vie (naissance, séparation, nouvel emploi, etc.)

3- Combien puis-je investir?

La cotisation maximale que vous pouvez faire à votre REER dépend de votre revenu. Le montant que vous avez le droit de verser se trouve sur votre dernier avis de cotisation de l’Agence du revenu du Canada. Vérifiez-le!

La cotisation maximale pour une année correspond au plus petit de ces trois montants :

  • 18 % de votre revenu;
  • le maximum établi pour l’année en cause (25 370 $ en 2016);
  • le plafond restant après déduction des cotisations versées à votre fonds de pension si vous en avez un.

À cela s’ajoutent les droits de cotisation inutilisés des années précédentes.

4- Puis-je faire des retraits si je suis mal pris?

Oui, mais vous devrez payer de l’impôt sur ces montants. Il existe cependant deux exceptions :

Dans les deux cas, les sommes doivent être remboursées dans les années suivantes. Sinon, il y aura de l’impôt à payer.

5- Quels sont les frais lorsqu’on prend un REER?

Les frais varient selon les produits dans lesquels vous investissez et les professionnels avec lesquels vous faites affaire. N’hésitez pas à poser des questions à ce sujet. Ces frais peuvent venir gruger vos rendements de façon importante!

6- Il paraît qu’on économise encore plus d’impôt en investissant dans un fonds de travailleur…

C’est vrai, vous bénéficiez d’un crédit d’impôt supplémentaire. Le gouvernement fédéral précédent souhaitait supprimer cet avantage, mais il a été rétabli. Ainsi, vous pouvez profiter de crédits d’impôt fédéral et provincial totalisant 35 % avec Fondaction CSN et 30 % avec le Fonds de solidarité FTQ. Par contre, ces investissements ont quelques contraintes. Par exemple, si vous faites un retrait dans le cadre du RAP, vous devrez le rembourser dans le même fonds. Informez-vous!

7- Qu’est-ce qu’un REER collectif?

Le REER collectif est un regroupement de REER individuel. Offert par l’employeur, il permet généralement d’avoir des placements personnalisés et flexibles dont les frais sont peu élevés. Les cotisations sont prélevées à même la paie des employés. L’employeur peut choisir d’y contribuer ou non.

8- Le REER est-il le meilleur moyen d’économiser pour sa retraite?

Pas nécessairement. Pour les jeunes et les personnes à faible revenu, le CELI est parfois plus avantageux. D’autres solutions pourraient aussi être plus intéressantes pour un propriétaire d’entreprise, comme un régime de retraite individuel.

De plus, si votre employeur vous offre de contribuer à votre fonds de pension à la condition que vous le fassiez aussi, cela devrait être votre priorité. Sinon, vous vous priveriez d’une partie de votre salaire.

N’hésitez pas à communiquer avec un professionnel comme un planificateur financier pour déterminer la meilleure solution pour vous.

9- Quelle est la date limite pour cotiser?

Cette année, vous avez jusqu’au 1er mars 2017 pour cotiser à votre REER et bénéficier d’une économie d’impôt sur votre déclaration de revenus 2016. Après cette date, vos cotisations seront déductibles dans votre déclaration de revenus de 2017.

De plus, le 31 décembre de l’année où vous atteignez vos 71 ans est la limite pour contribuer à vos REER.

10- Comment s’effectuent les retraits pour la retraite?

Vous devez convertir votre REER en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) au plus tard le 31 décembre de l’année où vous atteignez vos 71 ans. Vous pouvez aussi le faire avant, si nécessaire.

Ensuite, vous aurez un montant minimal à retirer chaque année en fonction de votre âge. Si vos besoins sont plus importants, vous pouvez en retirer davantage, bien entendu.

Les montants retirés s’ajoutent à votre revenu et sont imposables.

N’hésitez pas à rencontrer votre conseiller pour mettre en place une stratégie de retrait adaptée à votre situation.

Pour en savoir plus

Agence de revenu du Canada

Autorité des marchés financiers

Nathalie Côté
Suivez-moi

Nathalie Côté

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté
Suivez-moi

Les derniers articles par Nathalie Côté (tout voir)

3 commentaires

  • Martin

    Bonjour,

    Dans le cas où les revenus de retraite anticipés se situent dans la même tranche de revenu imposable avec un taux d’imposition identique à celui de la vie active, le REER est-il si avantageux? Selon ma compréhension, il s’agit essentiellement d’un report de l’impôt à payer qui est sensé être moins élevé à la retraite car les revenus sont normalement supposés être moindres. Dans cette situation, le CELI est-il mieux adapté? Merci de m’éclairer à ce sujet.

    • Nathalie Côté

      Bonjour Martin,
      C’est une question fort intéressante!
      Si le taux d’imposition est le même avant et après la retraite, le REER devient moins intéressant. Vous allez payer de l’impôt sur le capital investi, mais également sur les rendements quand vous allez les retirer. Dans le CELI, il n’y a ni économies d’impôt au dépôt ni impôt à payer au retrait, mais les rendements ne sont pas imposables.
      Par contre, si vous réinvestissez systématiquement vos remboursements d’impôt dans votre REER, votre cagnotte augmentera plus rapidement. Un professionnel comme un planificateur financier pourrait certainement faire des simulations à partir de votre situation pour vous éclairer davantage.

  • Annie moreau

    Il y a plein d’avantage à cotiser à un fond travailleur, et un de ceux-ci est le 35% de crédit qu’on ne retrouve dans aucune autre institution .. pour moi ca vaut la coût et cela depuis plusieurs années

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *