J’arrête de surconsommer

livre j'arrête de surconsommer

Chronique – Moins consommer pour sauver la planète (et son compte en banque). Voilà le défi lancé par Marie Lefèvre et Herveline Verbeken par l’intermédiaire des médias sociaux. Récemment, leur aventure a pris une nouvelle tournure. Elles ont lancé le livre J’arrête de surconsommer, publié aux éditions Eyrolles.

 

 

 

« La manière de (sur)consommer actuelle n’est pas une fatalité, et nous pouvons, de notre place de simple consommatrice et citoyenne, faire bouger les lignes », écrivent-elles. Et faire changer les choses, elles y arrivent un lecteur à la fois! Leur livre est avant tout issu d’une démarche personnelle entamée au moment de leur maternité. Elles ont vécu, chacune de leur côté, une prise de conscience écologique. Elles sont préoccupées par l’avenir de leurs enfants et elles ont décidé d’agir.

 

Vous aimerez également: Consommer moins, mais mieux?

 

Les deux mères ont d’abord lancé chacune un blogue : La Salade à Tout et Sortez de vos conapts. Ensuite, elles ont créé le groupe Facebook Gestion budgétaire, entraide et minimalisme. Celui-ci compte près de 60 000 « licornes », le nom donné aux membres.

Pratique

Prétendre qu’on va « sauver la planète » peut effectivement laisser l’impression que l’on vit dans un monde magique de fées et de licornes. « Il ne s’agit pas de se leurrer en pensant que nous allons changer le monde seul, mais ce qui est certain c’est que l’enthousiasme est contagieux », précisent-elles.

D’ailleurs, les solutions proposées sont bien concrètes. Aucune pensée magique ici. On y retrouve notamment la marche à suivre pour faire son budget (et s’y tenir), des recettes de produits de beauté et de produits ménagers à faire soi-même, des idées pour consommer autrement (seconde main, véganisme), etc. Plusieurs témoignages sont aussi présentés tout au long du livre, certains plus pertinents que d’autres.

Rien n’est parfait

Pour vous encourager, les auteures proposent différentes « missions », comme prévoir deux repas sans viande par semaine. Lorsqu’elles sont réussies, vous pouvez découper des points et les coller aux endroits appropriés. Personnellement, je trouve cela un peu infantilisant, mais si ça vous motive à relever les défis, alors pourquoi pas…

Autre petite critique, les auteures sont Françaises et certaines de leurs références demeurent donc nébuleuses pour le lecteur québécois. Les expressions et les anglicismes typiquement français, comme les produits cruelty-free, sont aussi agaçants. Cela étant dit, cela ne nuit pas à la compréhension outre mesure.

Voir les choses autrement

Je ne suis pas nécessairement d’accord avec tout ce que j’ai lu dans ce livre. Il a toutefois le mérite de nous faire réfléchir à notre consommation et aide à voir les choses autrement. Un bon exemple : le papier de toilette. Pour beaucoup d’Occidentaux (moi comprise, je l’avoue), l’idée d’utiliser des linges lavables est plutôt rebutante. « Ici, il faut acheter du papier de toilette, aussi appelé “papier hygiénique”, parce que comme son nom l’indique, c’est plus hygiénique, c’est plus propre, notent-elles. Mais dans d’autres pays, c’est celui qui utilise du papier de toilette, étalant la saleté et les bactéries au lieu de nettoyer la peau, qui manque précisément d’hygiène! » Vu de même…

 

À lire également : En as-tu vraiment besoin?

 

Le livre est divisé en 21 jours (chacun représente un court chapitre). Cependant, changer ses habitudes pour « sauver la planète » est un processus beaucoup plus long. « Ce changement de consommation est un marathon, pas un sprint, écrivent d’ailleurs les auteurs. Donc, respirez calmement et fixez-vous des petits objectifs. »

Vous avez envie de relever le défi? Le 21 avril à midi, je ferai tirer mon exemplaire* du livre parmi ceux qui auront commenté ce texte ici ou sur la page Facebook d’Économies et cie.

*J’ai la fâcheuse manie de plier les coins de page au lieu d’utiliser un signet, mais autrement il est encore super beau, promis :-). Concours ouvert aux résidents du Canada uniquement.

 

Nathalie Côté
Suivez-moi

Nathalie Côté

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté
Suivez-moi

Les derniers articles par Nathalie Côté (tout voir)

16 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *