Trop pauvre pour être cheap!

Je n’ai pas les moyens d’être cheap 2

Chronique – Récemment, j’ai lu une anecdote à propos d’une dame âgée de plus de 80 ans. Elle parlait de ses biens les plus précieux avec un journaliste. Elle lui montrait un fer à repasser qu’elle utilisait depuis plus de 40 ans. Il fonctionnait toujours à merveille! Elle lui racontait comment elle avait été obligée d’épargner et de faire certains sacrifices pour acheter ce fer, qui avait survécu plus longtemps que son mari. « Pourquoi dépenser autant d’argent sur un fer à repasser? », lui a demandé le journaliste. « Parce que je suis trop pauvre pour être cheap! »

 

 

J’ai souvent acheté un article à bas prix en me disant : « Wow, c’est vraiment pas cher. » Vous l’avez sûrement fait aussi. Des fois, c’était un t-shirt à 5 $. Ou une paire d’écouteurs à 10 $. Une paire de souliers à 50 $.

Mais pas cher ne rime pas toujours avec bonne affaire. Combien de paires d’écouteurs ai-je dû remplacer après les avoir achetées à bas prix? Le fil brisait ou bien une oreille ne fonctionnait plus. Combien de temps et d’argent aurais-je épargné si j’avais acheté une paire à 60 $ dès le départ, au lieu d’en acheter quatre à 20 $?

On achète des choses à bas prix en se disant qu’on économise de l’argent. En réalité, on dépense autant (sinon plus) au fil du temps que si on achetait de la qualité dès le départ.

Mais attention : tout ce que vous achetez à gros prix n’est pas nécessairement de meilleure qualité. Non. Pas du tout.

Bien souvent, les « marques » ne sont que des attrapes pour nous faire dépenser plus d’argent. On paie pour le nom, pour les pubs et pour le cachet de la vedette porte-parole. Mais en fin de compte, le produit n’est pas meilleur que celui qui coûte 75 % moins cher.

 

À lire également: Marques maison: pourquoi vous devriez les adopter

 

Mais ce n’est pas toujours vrai. Certaines entreprises vendent leurs produits plus chers parce qu’ils sont de qualité. On parle de vêtements cousus à la main, par exemple. Ou des appareils électroniques fabriqués à partir des meilleures pièces disponibles. Ou des articles qui sont garantis à vie par leur fabricant.

Le hic, c’est de déchiffrer dans quelle catégorie se classe le produit qui nous intéresse.

Alors, comment choisir?

Heureusement pour nous, les consommateurs, nous avons accès à une mine d’or d’informations pour nous guider.

Évidemment, au Québec, on pense tout de suite à Protégez-vous. On peut toujours s’abonner à cette revue, la référence en matière d’évaluation de produits chez nous. On peut également s’abonner au site internet. Il nous permet d’accéder aux archives du magazine, entre autres.

Ailleurs sur Internet, plusieurs sites évaluent tous les produits que vous pouvez imaginer. Certains ont gagné leurs galons, comme Tom’s Hardware, pour les composantes informatiques. Prenez garde aux sites commandités. Leurs évaluations pourraient être biaisées.

Aussi, lorsque je veux m’acheter un article coûteux, je passe toujours par les sites canadien et américain d’Amazon. Je fais une recherche sur le produit en question. Ensuite, je consulte les opinions des gens l’ayant déjà acheté.

Ici encore, il faut être vigilant et en lire plusieurs, question de se faire une bonne idée. Vous pouvez en faire autant sur les sites de plusieurs grands magasins (Canadian Tire, MEC, La Cordée, etc.).

Faites vos recherches. En plus d’en apprendre sur le produit, vous risquez de le trouver à un meilleur prix qu’en magasin.

La patience, votre meilleure alliée

Parfois, il est plus judicieux d’amasser de l’argent pour s’acheter le modèle plus dispendieux. Souvent de meilleure qualité, il ne brisera pas rapidement et vous en donnera plus pour votre argent. Je n’aime pas dépenser plus d’argent qu’il ne le faut.

Le problème avec cette attitude, c’est que ça prend du temps pour épargner l’argent nécessaire. Et, comme nous sommes devenus habitués à assouvir nos désirs MAINTENANT, ce n’est pas évident de patienter.

C’est dur. Très dur, même. Et les détaillants l’ont compris. C’est pour ça qu’ils vous offrent de payer votre duo laveuse-sécheuse en 50 versements sans intérêts. Le problème, c’est que vous risquez d’acheter un produit de moindre qualité. Il pourrait même faire défaut avant même que vous ayez fini de le payer. Sans compter que le financement n’est pas vraiment gratuit, mais nous y reviendrons.

 

Vous aimerez aussi: Mensualités à vendre: êtes vous acheteurs?

 

Il n’y a pas de méthode secrète pour devenir patient du jour au lendemain. Il faut développer sa patience et savoir se contenter de ce que l’on a déjà. De plus, il ne faut pas laisser nos biens dicter ce que nous sommes en tant qu’être humain.

Par contre, si c’est une (vraie) urgence et que vous ne pouvez pas attendre, il existe des moyens d’acheter des articles de qualité à bon prix.

Pour les vêtements, les chaussures et les articles pour la maison, pensons aux magasins de style Winners ou Marshalls. Vous devrez fouiller parmi les rayons, mais vous risquez de trouver des vêtements de marques renommées à prix réduit. Ce ne sont peut-être pas les modèles dernier cri, mais ils devraient convenir, n’est-ce pas?

Les sites de revente de matériel usagé, comme Kijiji ou Les PAC, peuvent aussi vous permettre d’économiser. Aujourd’hui, ils font partie de mon processus de magasinage pour la plupart des articles que je désire acheter. Je vais toujours faire un tour sur le site pour voir ce qui s’y trouve. J’y ai fait plusieurs bons achats au fil des ans (et des bonnes ventes). Vous pouvez profiter d’un article qui ne convient plus à son propriétaire ou qui est remplacé par un nouveau modèle. Peu importe la raison, l’important, c’est d’économiser de l’argent.

Une stratégie payante à long terme

Le cheap peut être une bonne idée au moment de l’achat. Mais le cheap va vous laisser tomber quand vous en aurez vraiment besoin.

Le cheap coûte cher. Coûte cher à réparer, coûte cher à remplacer.

Le cheap, c’est rapide. Le cheap, c’est jetable.

Le cheap, ça brise.

Le cheap finit toujours par coûter plus cher en fin de compte.

C’est pour ça que je n’ai pas les moyens d’être cheap.

Et vous?

À lire également: Non, je ne suis pas cheap!

Sébastien Duperron
Suivez-moi

Sébastien Duperron

Blogueur chez Mon fric à moi
Sébastien Duperron est le Savant derrière le blogue de finances personnelles Mon Fric à moi. Il est aussi traducteur, rédacteur et correcteur indépendant. On peut aussi lire ses chroniques sur le baseball sur le site de Passion MLB (passionmlb.com).
Sébastien Duperron
Suivez-moi

Les derniers articles par Sébastien Duperron (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *