Vacances : s’amuser sans y laisser sa chemise

vacances Rocher percé

Les Québécois sont préoccupés par l’impact de leurs vacances sur leurs finances. Quelque 42 % disent avoir été influencé par leur budget dans le choix de leur destination, selon un sondage diffusé la semaine dernière par CAA Québec. Sans compter ceux dont les plans tiennent compte de la faiblesse de notre dollar face à la devise américaine (17 %) et à l’euro (4 %). Avec un minimum de planification, vous pouvez toutefois avoir de très belles vacances sans vous ruiner!

 

Combien puis-je dépenser?

La majorité des Québécois débourseront moins de 2000 $ pour leurs vacances. Ainsi, 21 % prévoient payer moins de 500 $, 25 % entre 500 et 999 $ puis 22 % entre 1000 et 1999 $. Mais pour connaître le montant raisonnable pour vous, vous devez avoir une idée de l’état de vos finances. « La première chose à faire, c’est un budget pour savoir combien on peut dépenser », note Simone Bilodeau, conseillère budgétaire à l’ACEF Rive-Sud de Québec.

La manière la plus simple d’avoir de l’argent pour vos vacances est de l’accumuler tout au long de l’année. « Je me prépare un an d’avance en épargnant 25 $ par semaine, explique Josiane Veillette, une lectrice. Cela représente 1300 $ par an. » De quoi se payer de belles vacances!

Vous ne l’avez pas fait? Mieux vaut éviter de voyager à crédit. Avec un taux avoisinant les 20 % par an sur votre carte, la facture grimpe rapidement. « Je me souviens d’un couple qui, chaque année, revenait avec beaucoup de dépenses sur leur carte de crédit, raconte Mme Bilodeau. Il y avait ensuite la rentrée puis les cadeaux de Noël. Ce n’est qu’en juin qu’ils finissaient de tout payer. Puis c’était à nouveau les vacances. »

Comment limiter ses dépenses?

S’il est un peu tard pour économiser en vue de vos vacances, vous pouvez encore revoir vos plans au besoin. « On n’est pas toujours obligé de sortir son portefeuille, note Sylvie De Bellefeuille, conseillère budgétaire à Option consommateurs. Parfois, juste aller faire un pique-nique dans un parc, ça change le mal de place. Il y a aussi plein d’activités gratuites et de festivals. C’est l’occasion de découvrir de nouvelles choses près de chez soi. »

Certains types d’hébergement, comme dans les résidences universitaires, peuvent aussi être moins coûteux que l’hôtel. « Le mieux, c’est le camping sauvage, croit pour sa part Audrey Dumont, une lectrice. Il y a tellement de beaux endroits tranquilles et des paysages magnifiques! »

Comment jumeler budget et spontanéité?

En vacances, vous avez sans doute envie d’un peu de spontanéité. Vous pouvez néanmoins planifier des activités pour prévoir vos dépenses sans avoir un horaire précis. « Souvent, les gens ont tendance à se fixer un budget global, constate Mme De Bellefeuille. C’est toutefois très difficile de faire le suivi. C’est plus facile de prévoir 100 $ par jour, par exemple, et de s’ajuster au fur et à mesure. »

Vous pouvez aussi prévoir une marge de manœuvre pour des gâteries. « On peut alors avoir une petite souplesse et s’arrêter à la crèmerie par une journée chaude », illustre Mme de Bellefeuille. Ce pourrait également être utile en cas de pépin. « On peut avoir un coussin de 5 % à 10 % pour ne pas être pris au dépourvu si on a un problème avec la voiture, par exemple », souligne Mme Bilodeau.

Autre avantage de la planification : en réservant tôt, il est souvent possible de bénéficier de meilleurs prix.

Comment gérer les demandes des enfants?

Plusieurs parents veulent offrir des vacances de rêve à leurs petits. Vous ne voudriez cependant pas que cela tourne au cauchemar financier! Rappelez-vous que les beaux moments passés en famille sont souvent tout aussi profitables que les sorties très coûteuses. « Il faut également arriver à leur faire comprendre que si on dit oui à une activité, il y a autre chose qu’on ne fera pas », souligne Mme Bilodeau.

Mylène Vigneault, elle, a trouvé une bonne astuce pour limiter les demandes de ses enfants. « Je donne un montant à chacun et ils peuvent le dépenser à leur guise pour la durée du séjour, explique la maman. Ça les pousse à réfléchir un peu avant d’acheter et ça m’évite de dire non à plusieurs reprises. » De plus, ils apprennent à gérer un budget.

Comment éviter les ennuis?

Quelques astuces peuvent aider à prévenir des ennuis qui pourraient venir gâcher vos vacances. Ainsi, Mme De Bellefeuille recommande de s’adresser à une agence de voyages pour planifier un séjour. « On a une meilleure protection et l’agent peut nous donner un coup de main en cas de pépin », indique-t-elle.

Elle conseille également la prudence avec la location en ligne de type Airbnb. « Il faut s’informer, en lisant les commentaires des utilisateurs, mais aussi se renseigner sur la réglementation, suggère-t-elle. On ne veut pas se retrouver le bec à l’eau parce que la municipalité a décidé de fermer l’endroit! »

Du côté de l’assurance-voyage, vous auriez aussi avantage à vérifier celles que vous avez déjà avec votre employeur ou votre carte de crédit par exemple. N’hésitez pas à poser toutes les questions qui vous passent par la tête. « Plusieurs assureurs ne couvrent pas les blessures liées à un sport extrême. Mais qu’est-ce qui entre dans cette catégorie ou non? », illustre Mme De Bellefeuille. Si vous avez besoin d’une protection additionnelle, magasinez. Les prix peuvent varier beaucoup d’une compagnie à l’autre.

Pensez aussi à prévenir votre assureur automobile si vous sortez du pays, une protection supplémentaire pourrait être nécessaire.

D’autres astuces pour économiser

  • Faites-vous à manger sur place, si c’est possible. C’est beaucoup moins coûteux que d’aller toujours au restaurant.
  • Prévoyez des collations nourrissantes et non périssables comme des barres tendres, des noix et des fruits séchés.
  • Offrez des biens comme pourboire. « Dans le Sud, je laisse souvent des choses qui ne me servent plus, mais qui sont encore en bon état comme des bijoux à titre de pourboire, indique Vanessa Fuoco. Je les laisse sur l’oreiller avec un petit mot dans la langue du pays pour éviter tout malentendu. »
  • Surveillez les prix de l’essence pour faire le plein là où c’est moins cher, si possible.
  • Vérifiez le taux de change, si vous sortez du pays, pour éviter les mauvaises surprises.
  • Déplacez-vous à pied, en vélo ou en transport en commun lorsque vous le pouvez.
  • Les hébergements sur le bord de l’eau coûtent généralement plus cher, pensez à vous éloigner un peu pour économiser!
  • Jumelez travail et voyage.
  • Si vous avez peu de moyens, profiter du programme d’accessibilité pour les personnes à faible revenu pour aller dans un camp familial.
  • Partez en basse saison si vous le pouvez.

En avez-vous d’autres?

Nathalie Côté

2 commentaires

  • Je dirais: utiliser des sites comme Hotwire (on ne connait pas l’hôtel, mais sa catégorie, les notes des utilisateurs et sa localisation approximative) et Expedia (avec Airbnb je n’ai pas souvent trouvé de bonnes affaires). Souvent aussi des sites comme Tuango ou Groupon ont des offres dans la ville de destination. Il faut faire attention aux faux rabais, mais j’ai souvent eu des deals imbattables.

    En effet, voyager en basse saison permet des économies souvent considérables. On prend souvent nos vacances autour de la St-Jean: c’est déjà l’été côté météo, mais la saison débute à peine et les prix sont souvent moins élevés. En plus on profite de la bonne humeur des hôtes qui commencent leur saison!

  • Nathalie Côté

    Effectivement, c’est tellement facile de magasiner en ligne qu’on aurait tort de s’en priver. Apparemment qu’on aurait même intérêt à le faire avec différents appareils. J’ai lu quelque part que pour des raisons marketing obscures, on n’obtenaient pas toujours le même prix selon qu’on visite le site avec un téléphone ou un ordinateur.