Famille et dépenses : qui paie quoi?

budget

Gérer le budget d’une famille peut être un véritable casse-tête. Malheureusement, LA recette parfaite pour séparer les dépenses n’a toujours pas été trouvée. Voici les trois modèles les plus répandus et quelques pistes pour alimenter votre réflexion!

 

 

 

 

 

Trois manières de séparer les dépenses

Tout en commun. Il s’agit de mettre ensemble tous les revenus et toutes les dépenses de la famille. C’est certainement la méthode la plus simple.

Vous devrez cependant discuter de vos dépenses régulièrement. Des tensions peuvent apparaître très rapidement lorsque l’un des conjoints est plus dépensier que l’autre.

De plus, il faudra inévitablement songer à un certain partage au moment d’investir dans un REER, par exemple. Vous pourriez cotiser principalement dans le REER de celui au revenu le plus élevé pour économiser davantage d’impôt, par exemple. Si vous êtes conjoint de fait, prévoyez toutefois un partage en cas de séparation dans un contrat de vie commune. Pour les gens mariés, cela fait partie du patrimoine familial.

Exclamation rouge 3

Attention! Évitez de tout gérer à partir d’un seul compte conjoint. En cas de décès, la banque le gèlera le temps d’avoir tous les papiers légaux nécessaires. Cela pourrait mettre le survivant dans le pétrin.

Moitié-moitié. Chaque membre du couple paie la moitié des dépenses communes et dispose du reste à sa guise. Vous pouvez garder toutes les factures pour faire le calcul. Cependant, la plupart des gens choisissent d’avoir un compte conjoint en plus d’un compte personnel.

Certains vont aussi décider de se séparer les dépenses. Par exemple, l’un paie toujours l’hypothèque alors que l’autre s’occupe de l’épicerie. Attention! Si vous êtes conjoints de fait, assurez-vous que la maison et les autres objets sont aux deux noms. Ou mieux, ayez un contrat de vie commune. Sinon, en cas de séparation, le partage des biens se fait selon les noms sur les factures.

Cette méthode a l’avantage de permettre une plus grande flexibilité pour les dépenses personnelles. Par contre, cela peut être plus difficile si les deux conjoints ont un écart de revenu important. En effet, celui au salaire moins élevé peinera à suivre le train de vie de l’autre et à épargner.

Au prorata du revenu. Il s’agit de partager les dépenses en fonction des revenus de chacun. Par exemple, la personne dont le salaire représente 60 % du revenu familial paie 60 % des dépenses communes. Vous devriez tenir compte du salaire net (après impôt), car le taux d’imposition varie selon le revenu. C’est plus équitable que de tout séparer moitié-moitié.

Selon cette logique, il faudrait également considérer les crédits d’impôt et allocations. Cela peut devenir assez complexe.

Familles recomposées

Dans les familles recomposées, peu importe le modèle choisi, les dépenses liées aux enfants devraient aussi être considérées. Ce n’est pas au nouveau conjoint, mais à l’autre parent de payer pour les siens!

Les enfants, eux?

Selon certaines recherches, l’argent de poche aide les enfants à adopter de bonnes habitudes d’épargne. Des experts estiment cependant que cela devrait venir avec des responsabilités financières. Selon leur âge, voyez quelles dépenses vous pourriez leur transférer.

L’important, en matière d’argent, est d’en parler ouvertement. Chaque membre du couple a son éducation, ses valeurs et ses priorités. Cela peut entraîner bien des tensions et des malentendus!

Article publié dans Planète F.

Nathalie Côté

Nathalie Côté

Journaliste chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté