Noël dans la simplicité

sapin de Noël

Chronique – Vous souvenez-vous des cadeaux que vous avez eus lorsque vous étiez petits? Moi, lorsque je pense à mes Noëls d’enfant, je me rappelle surtout de l’ambiance de Fêtes.

 

 

 

 

 

Chez mes grands-parents paternels, nous étalions les coussins des divans sur le plancher du sous-sol pour faire des pirouettes. Mes grands-parents maternels, eux, louaient une grande salle (où nous pouvions courir partout!) pour recevoir leur grosse famille au Nouvel An. Un jour, une cousine et moi avions remplacé la bière d’un oncle par une bouteille d’eau savonneuse. Nous avions bien rigolé de notre blague!

Mes cadeaux? Pratiquement tous oubliés. Je sais que j’ai déjà reçu des skis de fond. Je m’en rappelle surtout à cause de cette photo ridicule où je faisais semblant de skier dans la cuisine.

Trop de cadeaux?

Comprenez-moi bien. Je ne suis pas contre les cadeaux, ça fait toujours plaisir. Mais souvent, on déploie beaucoup trop d’énergie (et d’argent!) là-dessus. Surtout que plusieurs de ces « cadeaux parfaits » finiront probablement par prendre la poussière dans une armoire…

Récemment, j’ai vu passer une suggestion intéressante : en offrir seulement quatre aux enfants.

  • Un présent qu’ils veulent
  • Une chose dont ils ont besoin
  • Un vêtement
  • Un livre ou un abonnement à un magazine

Une expérience, comme une sortie ou une journée spéciale, peut aussi faire un beau cadeau, je trouve. Cela permet de passer ensemble un moment mémorable.

Il reste de l’argent dans le « budget cadeau » de la famille après tout cela? Un régime enregistré d’épargne-études (REEE) est un bel investissement dans l’avenir de nos jeunes!

L’essentiel

À quoi bon ensevelir vos proches de cadeaux si vous arrivez aux Fêtes à bout de nerfs et épuisé de votre magasinage? Ou si vous devenez stressé à l’idée de recevoir votre compte de carte de crédit en janvier?

La magie des Fêtes, c’est bien plus que des paquets sous un arbre. Il s’agit avant tout de traditions familiales et de bons moments passés avec ses proches. Même pas besoin d’une robe neuve pour en profiter!

Bien sûr, il y a une pression pour vous faire consommer. Des professionnels du marketing veulent vous faire croire que vous devez dépenser (gros idéalement) pour gâter ceux que vous aimez. Comme si l’amour était proportionnel au prix du cadeau… Rien de plus faux, évidemment.

Osez en discuter ouvertement avec vos familles et amis. Vous pourriez être surpris. Je vois beaucoup trop de gens exaspérés de chercher « un cadeau de moins de 40 $ qui commence par la lettre M » ou « un produit unisexe d’environ 25 $ » pour croire que les échanges de cadeaux sont si appréciés. Entre autres.

Je vous laisse sur cette vidéo touchante qui, à mon avis, résume l’essentiel. Ironiquement, c’est une publicité d’IKEA.

Texte publié dans Planète F.

Nathalie Côté

Journaliste chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté

2 commentaires

  • Élisa Audet

    Cette année, nous avons opté en famille pour un cadeau-don à Vision mondiale du montant qu’on aurait dépensé pour un échange de cadeaux… C’est une autre façon de célébrer l’amour, la vie et l’humain! Et il y a beaucoup de possibilités (dont plusieurs qui, grâce aux contributions du gouvernement Canadien, seront multipliés par 2, 3 ou 9)