Loyer : en avez-vous pour votre argent?

appartement-loyer

Vous pensez déménager ou partir à la recherche de votre premier appartement? Avant de signer un bail, voici des pistes pour déterminer si le montant du loyer demandé est raisonnable. Souvenez-vous également des dates importantes concernant le renouvellement du bail!

 

 

 

 

 

Augmentation du loyer

Votre augmentation de loyer est-elle raisonnable? Selon les estimations de la Régie du logement (RDL), la variation moyenne pour 2017 est de :

  • 0,6 % pour un logement non chauffé;
  • 0,6 % pour un logement chauffé à l’électricité;
  • 0,1 % pour un logement chauffé au gaz;
  • -2 % pour un logement chauffé au mazout.

La RDL précise que d’autres éléments peuvent faire varier le montant du loyer, comme l’augmentation des taxes municipales, des améliorations majeures, etc. Elle fournit sur son site un outil de calcul pour aider les locataires et propriétaires à s’entendre.

Dans le cas d’un nouveau bail, le prix payé par l’ancien locataire devrait être inscrit à la section G. Malheureusement, plusieurs locateurs omettent de la remplir.

Loyers moyens

Payez-vous plus ou moins cher que vos voisins et les citoyens de la ville voisine? Prendre connaissance des prix moyens peut vous aider à vous faire une tête. Vous les trouverez sur le Portail de l’information sur le marché de l’habitation de la SCHL.

Évidemment, plusieurs éléments peuvent influencer le prix. Un logement haut de gamme coûtera plus cher, par exemple. Au moins, vous aurez un point de comparaison.

Avis aux intéressés : les loyers mensuels les moins élevés pour des logements de deux et trois chambres sont à La Tuque (436 $ et 497 $), Dolbeau-Mistassini (452 $ et 510 $) et Shawinigan (476 $ et 509 $)!

À l’inverse, les loyers les plus élevés pour ce type de logement sont à Québec (808 $ et 955 $), Montréal (791 $ et 956 $), Prévost (775 $ et 912 $) et Gatineau (762 $ et 859 $). C’est ce qui ressort des plus récentes données de la SCHL.

Dates importantes

Si vous avez déjà un logement, votre locateur doit vous envoyer un avis écrit entre trois et six mois avant la fin du bail, s’il souhaite augmenter votre loyer. Cette règle s’applique à tous les baux de 12 mois et plus.

Ensuite, vous avez un mois à compter de la réception pour lui répondre. Comme locataire, vous avez trois choix de réponse :

  • accepter le renouvellement du bail avec ses modifications,
  • ne pas renouveler le bail et quitter à la fin,
  • refuser les modifications proposées et renouveler le bail.

Mieux vaut éviter de jouer à l’autruche. Si vous ne répondez pas, cela équivaut au renouvellement du bail avec les changements demandés!

Si vous refusez l’augmentation, le locateur devra faire une demande de fixation de loyer à la RDL. « À cette étape, le propriétaire n’est plus lié par le montant qu’il avait demandé dans l’avis d’augmentation. Il peut demander au tribunal la hausse prévue en fonction des critères du règlement, ce qui signifie que la hausse pourrait être supérieure à celle exprimée dans l’avis d’augmentation », prévient la RDL sur son site. S’il n’effectue pas de demande de fixation, le bail se renouvelle aux conditions actuelles, donc sans augmentation.

 

À lire également : Bail : sept détails à vérifier avant de signer

 

Notez que dans le cas où vous habitez un immeuble de moins de 5 ans ou une coopérative, vous devrez quitter votre logement à la fin du bail si vous refusez l’augmentation.

Attention! Si vous ne recevez aucun avis d’augmentation ou de modification du bail, celui-ci se poursuit selon les conditions actuelles. Si vous voulez quitter le logement, vous devez prévenir le propriétaire entre trois et six mois avant la fin du bail.

Pour en savoir plus :

Régie du logement

Nathalie Côté