Mon budget vers l’indépendance financière

budget indépendance financière

Chronique – Un projet comme l’indépendance financière, ça se prépare. C’est un processus long et parfois difficile, mais avec une bonne préparation et un budget, tout est possible!

Je vais vous expliquer plus en détail mon plan vers l’indépendance financière. Vous pourrez ainsi appliquer mes calculs sur vos chiffres et voir les résultats.

 

 

 

Les revenus

J’ai un emploi stable et permanent de 40 heures par semaine. Je suis payée environ 2 600 $ par mois après les impôts. Je travaille également comme consultante depuis quelques années. Je gagne environ 1 400 $ par mois après les impôts. Total : 4 000 $ par mois net. Cela représente environ 48 000 $ par année après les impôts. Mon conjoint fait sensiblement le même salaire que moi.

On s’entend, c’est assez élevé. Pour être considéré dans la classe moyenne, un couple sans enfant devait gagner entre 33 340 $ et 66 683 $ (après impôt) en 2010, selon Radio-Canada. À deux, sans enfant, nous sommes donc considérés en haut de la classe moyenne.

Vous vous dites peut-être que vous ne faites pas ce salaire et qu’il vous est donc impossible d’atteindre l’indépendance financière.

FAUX. L’important n’est pas le salaire, mais le pourcentage d’épargne. Évidemment, un gros salaire permet d’avoir potentiellement un plus gros pourcentage d’épargne. Mais regardez autour de vous. Combien de personnes gagnent mon salaire et même plus, mais sont endettés? Grosse maison, nouvelle voiture, trois écrans plats, gadgets à n’en plus finir, etc. Ils ne sont pas plus avancés que vous vers l’indépendance financière.

Les dépenses

Maintenant, voyez de plus près mes dépenses courantes. Je vous donne les chiffres les plus importants de mon budget mensuel pour vous donner une idée. Ces chiffres constituent ma part seulement. Mon conjoint paie l’autre moitié.

  • Hypothèque, taxes, internet haute vitesse à la maison, électricité, chauffage et fonds d’urgence en cas de réparations sur la maison : 800 $
  • Nourriture et resto : 300 $
  • Déplacement (voiture, autobus, entretien) : 150 $
  • Magasin de détails et produits d’hygiène : 75 $
  • Esthétique : 45 $
  • Loisirs : 65 $
  • Imprévus : 100 $
  • Total : 1 535 $

La marge de manœuvre

Donc, voici les résultats. Je gagne 4 000 $ après impôts chaque mois, et je dépense 1 535 $. Il me reste, à la fin du mois, 2 465 $ de surplus. Plus de la moitié de mon salaire n’est pas dépensé. Mon taux d’épargne s’élève à 61 %! On est bien loin des 5 % à 10 % recommandés par le gouvernement, hein?

Cette somme, je l’investis en bourse dans des placements. Ceux-ci génèrent des rendements d’environ 4 % à 6 % par année. Dans ma prochaine chronique, je vous expliquerai plus en détail comment utiliser ces fonds pour atteindre l’indépendance financière.

Suivez-moi

Petite retraitée

Blogueuse chez Petite retraitée
La Petite retraitée est en quête d'indépendance financière. Sur un ton humoristique et honnête, la jeune femme vous raconte ses hauts, ses bas ainsi que ses trucs pour rester motivée et continuer d'économiser. Son objectif : la retraite à 35 ans. Elle rédige dans l’anonymat pour éviter d’alarmer son patron et ses clients avec son projet.
Suivez-moi