Devenir travailleur autonome : quelques astuces financières

Vous souhaitez vous lancer en affaires comme travailleur autonome? Voici quelques éléments à explorer pour organiser vos finances et éviter les mauvaises surprises.

 

 

 

 

 

 

Fonds d’urgence

Les travailleurs autonomes n’ont pas droit à l’assurance emploi en cas de perte de contrat. Pour vous aider à traverser cette mauvaise passe ou toute autre malchance, un fonds d’urgence est fortement conseillé. Pour les travailleurs autonomes, les experts recommandent d’y accumuler l’équivalent de six mois de dépenses courantes. Idéalement, l’argent devrait demeurer facilement accessible et le placement choisi devrait être plutôt sécuritaire. Un fonds peu risqué dans un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) pourrait être un bon choix, par exemple.

Assurances

Votre capacité à travailler est votre plus gros actif. En cas de maladie ou d’accident, vous pourriez vous retrouver dans une bien mauvaise posture financière. Il est donc recommandé de prendre une bonne assurance invalidité. Idéalement, celle-ci devrait vous couvrir jusqu’à 65 ans, au cas où vous deviendriez invalide à vie.

De plus, une assurance vie permettra de maintenir le niveau de vie de votre famille en cas de décès. Si vous êtes célibataire, cette protection est sans doute moins prioritaire. Par contre, prendre une assurance pendant que vous êtes jeune et en santé est moins coûteux. Cela vous permet aussi de protéger votre assurabilité. Cela signifie que vous pourrez demeurer assuré même si vous éprouvez des problèmes de santé importants, par exemple.

Finalement, vous devriez prévenir votre compagnie d’assurance auto et habitation si vous avez un bureau à la maison. Même chose si vous utilisez votre voiture pour affaires. Si vous louez un bureau, vous aurez alors besoin d’une assurance commerciale. D’autres assurances peuvent aussi répondre aux besoins des travailleurs autonomes.

S’enregistrer

Contrairement à la croyance populaire, l’inscription auprès du Registraire des entreprises du Québec n’est pas toujours obligatoire. Vous êtes obligé uniquement si le nom de votre entreprise ne comprend pas vos noms et prénoms. Il existe aussi quelques exceptions. Pour la majorité des formes juridiques d’entreprise, le coût est de 34 $ par année.

Taxes

L’inscription à la TPS et à la TVQ n’est pas nécessairement obligatoire non plus. Cela dépend de votre revenu. Si votre travail autonome vous rapporte plus de 30 000 $ par année (quatre trimestres consécutifs), vous devez le faire.

Par contre, même si vous gagnez moins, vous inscrire aux taxes pourrait être avantageux pour votre image. Effectivement, des clients ignorant les détails de la loi pourraient s’imaginer que vous travaillez au noir, par exemple.

Dès que vous êtes inscrit, vous devez facturer les taxes à vos clients et remettre l’argent accumulé au gouvernement en temps opportun. Certains préfèrent le faire au mois, d’autres aux trimestres ou aux années. Si vous êtes assez discipliné pour éviter d’y toucher, vous pourriez déposer l’argent dans un compte épargne à intérêt élevé dans le CELI en attendant. Vous pourrez ainsi obtenir quelques dollars en intérêt.

Notez que si votre montant de TPS ou de TVQ à payer est supérieur à 3000 $, vous devrez payer des acomptes provisionnels. Pour tous les détails concertant les taxes, consultez le site de Revenu Québec.

 

Astuce! Vous êtes une entreprise de services et vos dépenses sont peu élevées? La méthode rapide de calcul est non seulement beaucoup plus simple, mais souvent plus avantageuse financièrement. Vérifiez!

L’impôt

En tant que travailleur autonome, vous devez évidemment déclarer tous vos revenus. Par contre, vous pouvez également déduire vos dépenses de votre revenu. Celles engagées pour gagner un revenu, évidemment : crayons, papier, ordinateur, bureau, outils, etc.

Si vous avez un bureau à la maison, vous pouvez notamment déduire la portion de l’électricité correspondant à sa superficie par rapport au reste de la maison. En effet, certaines dépenses ne sont déductibles qu’en partie. C’est aussi le cas de votre téléphone cellulaire que vous utilisez certainement de manière personnelle aussi. Même chose pour votre voiture. Vous devez tenir un registre de vos déplacements professionnels pour calculer combien ils représentent par rapport au kilométrage total.

 

Attention! Il peut être tentant de gonfler ses dépenses pour payer moins d’impôt. Vous aurez toutefois des problèmes en cas de vérification du fisc si vous exagérez.

Par ailleurs, si votre impôt à payer pendant l’année dépasse 1800 $, vous devez verser des acomptes provisionnels. Il y a quatre versements : le 15 mars, le 15 juin, le 15 septembre et le 15 décembre. N’oubliez pas de mettre de l’argent de côté pour cela!

Compte affaires

Certaines personnes jugent plus simple pour leur comptabilité d’avoir un compte bancaire professionnel et un autre personnel. Cela peut être une bonne idée. Considérez cependant les frais et assurez-vous d’avoir un forfait correspondant à vos besoins.

Si vous avez enregistré votre entreprise sous un autre nom que le vôtre, le compte affaires pourrait être nécessaire. Vous en aurez besoin pour encaisser ou émettre des chèques au nom de votre entreprise. Sachez que les comptes affaires imposent généralement des frais plus élevés pour les transactions. Il existe toutes sortes de formules pour les frais, magasinez pour dénicher la plus avantageuse pour vous.

S’incorporer

L’incorporation peut être intéressante pour certains travailleurs autonomes. Cette forme juridique permet notamment d’avoir un taux d’imposition plus bas. Par contre, attendez-vous à payer des frais de comptabilités beaucoup plus élevés pour produire la paperasse nécessaire. Si votre revenu est bas, cela n’en vaut souvent pas la peine.

Autre avantage de l’incorporation : en cas de problèmes financiers, vos actifs personnels sont protégés. Autrement dit, si la compagnie fait faillite, vos biens personnels ne pourront pas être saisis, seulement ceux de la compagnie. Mais attention! Bien souvent, pour un prêt accordé au démarrage, l’institution financière va exiger que vos avoirs personnels soient en garantie. Dans ce cas, vous n’éviterez pas la saisie.

 

Vous aimerez également: Petit guide pour travailler à la maison

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Nathalie Côté
Suivez-moi

Nathalie Côté

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté
Suivez-moi

Les derniers articles par Nathalie Côté (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *