Le contentement

ChroniqueContentement : nom masculin. 1) Action de contenter, de satisfaire un désir, un besoin, etc. Assouvissement; 2) État, sentiment de quelqu’un qui ne désire rien de plus; satisfaction vive et durable; plaisir, joie.

On vient d’apprendre que les Canadiens gèrent mieux leur endettement.

Tant mieux. Quand je vois une nouvelle comme celle-là, je souris. Juste un peu. Pas trop, parce que je sais que même si on progresse, on est encore très loin de la perfection.

Si on est encore si loin, c’est en grande partie parce qu’on n’arrive pas à se contenter de ce que l’on a déjà.

C’est vrai. Sinon, comment expliquez-vous que les stationnements de centres commerciaux soient remplis chaque samedi après-midi, beau temps, mauvais temps? Comment expliquez-vous que l’on gaspille encore autant de nourriture?

Parce qu’on en veut toujours plus. Parce qu’on n’est jamais satisfaits.

Les publicitaires et les experts en marketing l’ont compris. Ils réussissent à nous convaincre qu’on doit absolument acheter leurs produits. Des produits dont nous n’avons absolument pas besoin, bien souvent.

Regardez Apple, par exemple.

Chaque fois qu’ils annoncent un nouveau iMachin, c’est la folie furieuse. La planète arrête de tourner. Les gens font la file devant les magasins pendant trois jours pour être les premiers à mettre la main sur un « nouveau » téléphone. Pourtant, celui-ci est pratiquement identique à celui qu’ils ont acheté il y a quelques mois à peine.

Mais notre manque de contentement est partout.

Il est dans cette paire de souliers que vous venez d’acheter, même si vous en avez déjà une douzaine.

Il est dans la pizza que vous commandez alors que votre frigo est plein.

Il est dans la voiture de luxe que vous avez achetée pour remplacer votre voiture plate qui roulait encore très bien.

La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d’apprendre à se contenter. Avec beaucoup d’efforts, j’en conviens. Mais si on le veut vraiment, on peut arriver à être heureux avec ce que l’on a. On peut se dire que le bonheur ne se trouve pas sur les étalages d’une boutique ou dans le nouveau iMachin.

Et, à la lumière des dernières nouvelles sur l’état de la planète, il est impératif d’y arriver rapidement.

Apprenons à vivre dans le moment présent. Arrêtons de penser que le bonheur s’achète avec une carte de crédit.

Soyons satisfaits de notre vie et vivons heureux.

Ce serait une des plus grandes réalisations de l’Humanité.

Sébastien Duperron
Suivez-moi

Sébastien Duperron

Blogueur chez Mon fric à moi
Sébastien Duperron est le Savant derrière le blogue de finances personnelles Mon Fric à moi. Il est aussi traducteur, rédacteur et correcteur indépendant. On peut aussi lire ses oeuvres de fiction au sebduper.com.
Sébastien Duperron
Suivez-moi

Les derniers articles par Sébastien Duperron (tout voir)

Un commentaire

  • Ça me fait penser à une péripétie, qui m’est arrivée aujourd’hui. Depuis quelques temps, je porte au poignet une montre sportive (avec GPS et calculateur de pas), et ce matin, elle a décidé de malfonctionner. Elle s’allume encore, sauf que l’écran tactile ne répond plus. La montre est encore sous garantie, je vais donc aller la faire remplacer dans le magasin grande surface où je l’ai achetée au début de l’année.

    Mais un doute s’est installé, puisque je comptais arborer cette montre au poignet quelques années. Je comptais me contenter de cette seule montre (horloge et captation de mes activités sportives), tout simplement. Je remet donc en doute sa qualité de fabrication et la possibilité qu’elle souffre d’obsolescence programmée.

    Mon point : Il est désormais très difficile de trouver des articles de qualité, dans le domaine de l’électronique, qui vont durer longtemps.

    Un autre exemple facile : les écouteurs et les haut-parleurs Bluetooth. Dans quelques années, que restera-t-il de ces batteries internes (et de surcroît bien souvent de type propriétaire et difficiles à changer)?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *