S’amuser et économiser : une question d’équilibre

fête

Chronique – Il faut profiter de sa jeunesse. C’est l’argument le plus courant contre l’indépendance financière. Donc, ça vaut la peine de travailler toute une vie pour voyager deux fois par année, sortir dans les bars trois soirs par semaine et manger au resto tous les jours parce qu’on a 25 ans?

 

 

 

 

 

Profiter de sa jeunesse

La vingtaine, c’est beau. On est jeune, en forme, sexy et attirant. On séduit, on flirte. Surtout, on ne pense pas à l’avenir. Cette naïveté nous rattrape très vite quand les premières responsabilités approchent : maison, enfants, etc.

J’ai 22 ans, je suis au top de ma forme, je me sens attirante, j’aime sortir dans les bars. Cependant, je prévois mon avenir. Les chances sont assez élevées que je vivrai jusqu’à 80 ans. Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai aucune envie de travailler jusqu’à ce moment. Passer le restant de ma vie à être stressée quand le système de paie fait défaut ou lorsqu’un client « oublie » de me payer, ce n’est pas pour moi.

« À 22 ans, pas d’enfant, pas de responsabilités réelles, c’est le moment de voyager, d’essayer des trucs et d’avoir du fun. Ce n’est pas le temps de penser à l’argent! » Ma mère m’a dit ça quand j’ai évoqué le principe de l’indépendance financière. Après sa réaction, je n’ai pas voulu entrer dans les détails du projet avec elle! Sa crainte est compréhensible. Elle croit qu’avec des enfants, je ne pourrai pas voyager n’importe quand, faire un roadtrip soudain ou passer une fin de semaine au spa. Sauf que ne suis pas d’accord. C’est un peu plus de logistique, mais plusieurs l’ont fait et le font aujourd’hui.

Par contre, l’essence du message est le suivant : ma mère ne veut pas que je passe ma vingtaine à économiser sans avoir de plaisir. Elle a raison. J’ai réalisé qu’il faut avoir du plaisir dans la vie!

 

Vous aimerez également: 12 idées pour se divertir sans se ruiner

 

Il y a un juste milieu quelque part. Il suffit de le trouver.

Trouver l’équilibre

Quand j’ai découvert le principe de l’indépendance financière pour la première fois, il y a plusieurs mois, j’étais complètement éblouie. J’ai tout de suite commencé à calculer combien je pouvais économiser. Puis, j’ai coupé mon budget. Je voulais vivre avec le moins d’argent possible, pour augmenter mon taux d’épargne. J’étais intense.

La réalité a vite repris le dessus. Je n’ai pas envie de me limiter durant 10 ans simplement pour prendre ma retraite jeune! Ça ne valait pas la peine. J’ai donc refait mon budget et mes calculs pour m’allouer un montant « plaisir » pour faire ce dont j’ai envie! Je dois admettre que mon copain a eu son mot à dire sur mon nouveau budget. Et ce n’était pas positif!

Mon taux d’épargne est quand même très élevé aujourd’hui. Il représente entre 55 % et 60 %, selon les mois. Pourtant, je me réserve quand même des sorties aux restaurants et au cinéma.

Bref, je n’ai pas l’impression de me priver, au contraire! En ce moment, je trouve que la vie est belle. Et si jamais j’ai envie de voyager plus ou de changer mes habitudes financières, alors je pourrai quand même le faire grâce à tout l’argent accumulé!

Tout est une question d’équilibre. Profitez de la vie maintenant et investissez pour le futur. C’est la clé de la réussite!

Suivez-moi

Petite retraitée

Blogueuse chez Petite retraitée
La Petite retraitée est en quête d'indépendance financière. Sur un ton humoristique et honnête, la jeune femme vous raconte ses hauts, ses bas ainsi que ses trucs pour rester motivée et continuer d'économiser. Son objectif : la retraite à 35 ans. Elle rédige dans l’anonymat pour éviter d’alarmer son patron et ses clients avec son projet.
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *