Mode de paiement : comment choisir?

carte-cadeau

Les modes de paiement se multiplient et chacun comporte des avantages et des inconvénients pour le consommateur. Voici quelques pistes pour vous aider à choisir… lorsque vous avez le choix!

 

 

 

 

 

Argent comptant

De plus en plus remplacé par les cartes, l’argent comptant demeure un outil utile. C’est particulièrement le cas pour les consommateurs qui ont tendance à dépenser sans compter. « On peut avoir plus de discipline avec de l’argent comptant parce que c’est concret, signale Hélène Hétu, conseillère budgétaire à l’ACEF Rive-Sud de Montréal. On voit ce qu’on dépense. » Et ce qui reste ensuite dans le portefeuille! « Par contre, il faut éviter de conserver des sommes importantes sur soi ou à la maison pour éviter le vol, rappelle Élise Thériault, conseillère budgétaire et juridique chez Option consommateurs. Mieux vaut déposer l’argent dans un compte bancaire. »

Chèque

Ce mode de paiement semble en voie d’extinction, mais il est toujours prisé par certains pour le paiement du loyer, notamment. « C’est intéressant parce que ça laisse des traces que le paiement a bel et bien été fait, signale Mme Hétu. Si on paie comptant, il faut demander un reçu et s’assurer de le conserver. » Par contre, les frais sont relativement élevés pour commander des chèques. « Si on se fait voler son carnet de chèques, il faut aviser la banque au plus vite, souligne aussi Mme Thériault. C’est la responsabilité du consommateur de le garder en lieu sûr. »

Carte de crédit

Pratique, la carte de crédit permet notamment de faire des achats sur Internet. Le consommateur est aussi bien protégé. « Les réseaux Visa et MasterCard ont des politiques de responsabilité zéro qui permettent d’obtenir un remboursement en cas de fraude, précise Mme Thériault. Sinon, la responsabilité est limitée à 50 $. » La rétrofacturation peut aussi être possible si un commerçant refuse de rembourser un bien non livré ou défectueux, par exemple. La carte de crédit a cependant un gros défaut : un taux d’intérêt frôlant souvent les 20 %. Mieux vaut payer le solde en entier avant l’échéance!

Carte de débit

Pratique, la carte de débit peut comporter des frais importants si on dépasse le nombre de transactions prévues dans le forfait. « Il faut bien le choisir », recommande Mme Hétu. L’avantage, c’est que ce n’est pas du crédit, sauf si le compte est lié à une marge de crédit. En cas de fraude, la protection est moins bonne qu’avec une carte de crédit. Le consommateur pourrait être tenu responsable des transactions effectuées avant qu’il ait appelé son institution pour signaler le vol, selon Mme Thériault. Il faut bien protéger son NIP et en prendre un difficile à deviner.

PayPal

PayPal est un outil utile pour les transactions en ligne. « C’est un moyen sécurisé d’effectuer des transactions », note Mme Hétu. Il est possible de payer avec sa carte de crédit ou avec de l’argent préalablement déposé dans le compte. « Il y a une politique de responsabilité zéro en cas de fraude sur notre compte, souligne Mme Thériault. PayPal permet aussi d’être remboursé lorsque des commandes sont incorrectes ou non livrées. » Les fraudeurs ont cependant pris note de sa popularité. Ils tentent souvent de se faire passer pour PayPal pour hameçonner les gens, ajoute-t-elle.

Cartes cadeaux et prépayées

Les règles encadrant les cartes cadeaux et prépayées ont été resserrées en 2010 afin de mieux protéger les consommateurs. Par contre, elles varient en fonction du type de carte et il est difficile pour les consommateurs de s’y retrouver, estime Mme Thériault. « Une carte cadeau d’une bannière ne peut pas expirer, explique-t-elle. Par contre, celle d’un centre commercial peut avoir des frais d’inutilisation après plusieurs mois. Quant aux cartes prépayées Visa et MasterCard, elles sont pratiques pour faire des achats sur Internet, par exemple, mais il peut y avoir des frais d’activation et de transaction. » Elle recommande de s’informer correctement avant de les choisir.

 

Article publié précédemment dans La Presse.

Nathalie Côté
Suivez-moi

Nathalie Côté

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté
Suivez-moi

Les derniers articles par Nathalie Côté (tout voir)

Un commentaire

  • A

    À cela j’ajoute les frais imputés au commerçant pour l’utilisation d’une ou l’autre solution proposée ci-dessus. Les cartes de crédit imposent des frais de quelques % au commerçant qui sont souvent plus élevés que les points boni que je reçois pour l’utiliser. Quand j’achète local d’une compagnie que je respecte (comme la boulangerie du coin ou l’entreprise familiale en plomberie qui m’offre un excellent service) je me fais un devoir de ne pas utiliser ma carte de crédit pour leur éviter des frais supplémentaires.

    Par contre si j’ai besoin de la garantie prolongée de 1an que m’offre ma carte de crédit alors j’utilise cette dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *