Régime d’assurance parentale : des congés plus souples pour les parents

Les nouveaux parents pourront scinder et étaler leurs congés sur une période de deux ans, a annoncé le premier ministre Philippe Couillard aujourd’hui. Le nombre de semaines de congé payées demeurera cependant inchangé, ont rapporté différents médias.

 

 

 

 

 

Cette nouvelle formule vise à donner davantage de flexibilité aux nouvelles familles. Un parent pourrait, par exemple, aménager ses congés afin d’avoir une semaine de quatre jours de travail. Ou alors, revenir au boulot pour quelques semaines et reprendre son congé par la suite.

Afin de bénéficier d’aménagements semblables, l’employeur et l’employé devront toutefois s’entendre au préalable. En cas de refus, le système actuel s’appliquera.

Un projet de loi pour officialiser le tout devrait être déposé cet hiver.

Programme actuel              

Actuellement, le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) prévoit deux régimes différents. Le régime de base offre :

  • 18 semaines de congé pour la mère à 70 % du salaire
  • 5 semaines de congé pour le père à 70 % du salaire
  • 7 semaines de congé partageables entre les deux parents à 70 % du salaire
  • 25 semaines de congé partageables entre les deux parents à 55 % du salaire

Les parents peuvent aussi choisir le régime particulier qui offre :

  • 15 semaines de congé pour la mère à 75 % du salaire
  • 3 semaines de congé pour le père à 75 % du salaire
  • 25 semaines de congé partageables entre les deux parents à 75 % du salaire

Quels impacts sur les finances des familles?

Peu importe les aménagements d’horaire qui seront apportés, les parents ne recevront pas davantage d’argent du RQAP. Par contre, le fait de travailler quelques jours par semaine, par exemple, pourrait aider certaines familles à boucler leur budget plus facilement.

Cependant, le fait d’avoir un plus gros revenu signifie aussi plus d’impôt à payer et moins d’allocations des gouvernements. Dans certains cas, le montant peut être important.

Par exemple, une famille monoparentale dont le revenu est de 50 000 $ par année perdra 650 $ en impôt et allocations si elle gagne 1000 $ de plus (avec un enfant dans une garderie subventionnée).

Pour avoir une idée de l’impact d’une augmentation de vos revenus sur votre impôt à payer et les sommes que vous pourriez recevoir, vous pouvez consulter les courbes de Claude Laferrière, du Centre québécois de formation en fiscalité. Vous verrez quel pourcentage d’argent vous perdez pour chaque tranche de 1000 $ supplémentaires que vous gagnez. Pour une estimation plus précise, vous pourriez aussi demander à votre comptable.

Nathalie Côté
Suivez-moi

Nathalie Côté

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté
Suivez-moi

Les derniers articles par Nathalie Côté (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *