Sport : bourses, aides financières et astuces pour économiser

compétition ski bourses

Vos enfants ont eu la piqûre pour un sport en regardant les Jeux olympiques? La facture pour se rendre jusqu’au podium pourrait être très salée. Voici quelques pistes pour dénicher des bourses et d’autres aides financières et pour économiser.

 

 

 

 

 

Le coût du sport

Pratiquer un sport de haut niveau coûte cher, mais la facture varie d’une discipline à l’autre. Combien? Difficile à dire puisque la plus récente étude sur le sujet date de… 20 ans! À l’époque, les dépenses totales variaient de 1640 $ à 24 745 $ par an.

Mais le coût de la vie a grimpé et le sport a bien changé. « Aujourd’hui, dans les sports de haut niveau, ça ne prend plus seulement un entraîneur, indique Guy Thibault, directeur sciences du sport à l’Institut national du sport (INS) du Québec. La tendance, c’est d’avoir aussi un préparateur physique, un nutritionniste, un psychologue sportif, etc. »

À titre d’exemple, le jeune olympien en snowboard cross Eliot Grondin doit dénicher 85 000 $ pour sa saison, avec l’aide de ses parents. Ils ont notamment dû demander des bourses, dénicher des commanditaires et organiser des événements-bénéfices. Lorsqu’il recevra son brevet senior, il recevra cependant une aide financière plus importante et le gouvernement canadien paiera une bonne partie de ses dépenses.

En général, les sports d’équipe coûtent moins cher aux athlètes que les sports individuels. Ceux nécessitant des entraînements ou de nombreuses compétitions à l’étranger sont évidemment plus chers.

Bourses, aides financières et astuces pour économiser

Voici quelques pistes pour dénicher de l’aide financière et économiser en fonction du niveau de votre jeune.

Sportifs débutants
  • Achetez de l’équipement usagé. Vous trouverez de l’équipement en bon état dans les petites annonces sur Internet, par exemple. En moyenne, les gens estiment faire des économies de 72 % par rapport au prix du neuf. À la vitesse où les enfants grandissent, ça vaut la peine!
  • Au moment de faire l’essai d’un sport, songez à emprunter le matériel ou à le louer. Si l’enfant n’aime pas ça, vous n’aurez pas dépensé pour rien.
  • Plusieurs organismes de loisirs et clubs sportifs offrent des tarifs d’inscription à prix réduit aux familles à faible revenu. D’autres proposent des rabais lors de l’inscription de plusieurs enfants d’une même famille. Informez-vous!
  • La Fondation Bon départ offre des subventions aux familles à faible revenu pour permettre aux enfants de pratiquer leur sport.
  • Inscrivez votre enfant dans une équipe de son école. En général, les coûts sont relativement peu élevés.
  • Profitez du crédit d’impôt pour les activités physiques des enfants.
Athlètes compétitifs
  • Faites du covoiturage lors des compétitions et des entraînements.
  • Accumulez des points sur une carte de fidélité (ex. : Air Miles ou Aéroplan) pour obtenir un hébergement à moindre coût lors des compétitions de votre jeune.
  • Regardez les possibilités d’hébergement alternatives comme les auberges de jeunesse, les résidences universitaires ou les logements à louer sur des plateformes comme Airbnb.
  • Prévoyez des lunchs et des collations plutôt que d’aller au restaurant ou d’acheter de la nourriture sur place lors des compétitions.
  • Vous pourriez avoir accès à de l’aide financière pour l’hébergement et le transport des jeunes inscrits à un programme de sport-études.
  • Crédit d’impôt provincial pouvant atteindre 4000 $ par an pour les athlètes reconnus par la Direction du sport et de l’activité physique du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.
  • Différentes bourses sont offertes aux athlètes. On en retrouve une liste sur le site de Sports Québec. Voyez également auprès de votre fédération sportive.
  • Vérifiez si des bourses sont offertes aux athlètes par votre région, votre municipalité ou arrondissement. En voici quelques-unes : Beauport, Bois-des-Filion, Chicoutimi, Drummondville, Laval, Lévis, Mauricie, Mirabel, Montréal, Prévost, Québec, Repentigny, Sainte-Thérèse, Terrebonne.
  • Faites une campagne de sociofinancement sur une plateforme comme Make a champ ou Go fund me.
  • Trouvez des commanditaires.
  • Organisez un événement-bénéfice.
  • Le programme d’aide aux athlètes du gouvernement du Canada offre aussi une aide financière aux athlètes de haut niveau.

 

Attention! Former une société en commandite pour sauver de l’impôt n’est pas nécessairement une bonne idée. Le père de la joueuse de tennis Eugénie Bouchard l’a appris à ses dépens.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Nathalie Côté