Économie du partage : comment se protéger?

économie du partage airbnb

L’économie du partage est populaire et souvent avantageuse. Toutefois, ses utilisateurs s’exposent aussi à certains risques. Voici trois conseils tirés d’un rapport de recherche d’Option consommateurs sur le sujet pour vous protéger.

 

 

 

 

 

1- Vérifiez la fiabilité du fournisseur

On trouve différents « mécanismes de réputation » sur les plateformes numériques d’économie partagée (PNEP). Ils permettent de vérifier l’identité et la fiabilité de la personne qui offre un bien ou un service.

Sur le site d’Uber, par exemple, les notes des utilisateurs peuvent vous indiquer s’il est sécuritaire d’embarquer avec le chauffeur. Du côté d’Airbnb, les consommateurs indiquent leur niveau de satisfaction avec un commentaire quant à la propreté des lieux, la situation géographique et leurs communications avec l’hôte.

Par contre, les consommateurs peuvent jouir d’une protection moins grande qu’en faisant affaire avec un commerçant. Si les services sont occasionnels et sans but commercial, il s’agit d’une transaction entre particuliers. Dans ce cas, la loi sur la protection du consommateur pourrait ne pas s’appliquer.

2- Assurances : informez-vous

Êtes-vous protégé si une mésaventure survient? Toutes les plateformes n’offrent pas une assurance. Dans le cas d’Airbnb, l’hôte est assuré pour un million $ en matière de responsabilité civile. L’assurance couvre donc les préjudices matériels ou corporels, mais la protection comporte certaines exclusions.

Des hôtes sur d’autres plateformes n’ont pas cette couverture. Ils pourraient donc ne pas être couverts s’ils n’ont pas déclaré leurs services à leur assureur.

Dans le cas d’Uber, les chauffeurs sont assurés pendant tout leur temps de travail.

Pour Netlift (covoiturage), l’assurance personnelle du prestataire de services est suffisante. C’est parce que l’activité n’est pas lucrative. Le paiement couvre simplement l’entretien du véhicule, l’essence et le stationnement.

Comme aucune plateforme ne fonctionne de la même manière, informez-vous sur les assurances pour être protégé.

3- Portez plainte

Vous pouvez porter plainte si vos droits n’ont pas été respectés lors d’une entente d’économie du partage.  Plusieurs plateformes imposent d’utiliser les mécanismes de règlement de litiges en ligne. Dans certains cas, les démarches doivent être faites dans la juridiction d’un autre pays. Avec Turo (location de voitures), l’État de l’Arizona dicte les droits de chacun, par exemple. Avec Airbnb, le droit européen est applicable.

Bref, les mécanismes de règlement en ligne sont utiles, surtout lorsqu’il faut faire les démarches dans un autre pays. Il peut toutefois être difficile de faire valoir ses droits correctement dans une juridiction différente.

Faut-il tourner le dos à l’économie du partage?

Non, il faut simplement demeurer vigilant. Les plateformes comportent tout de même plusieurs avantages pour les consommateurs :

  • emprunter des biens ou obtenir des services à un prix avantageux,
  • limiter la surconsommation en encourageant le partage,
  • mettre de l’avant des valeurs sociales.

Cela explique leur popularité grandissante. Faites simplement preuve de prudence!

Annick Roy-Desautels

Annick Roy-Desautels

Journaliste depuis quelques années, Annick écrit notamment pour TopoLocal. Elle est aussi responsable de La Gifle, le journal étudiant du Collège Lionel-Groulx, où elle montre les bases du journalisme aux étudiants.
Annick Roy-Desautels

Les derniers articles par Annick Roy-Desautels (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *