Mère monoparentale : économiser pour son enfant

mère monoparentale enfant livre

Mère monoparentale au pays depuis cinq ans, Sophia veut économiser pour l’éducation de sa fille. Elle aimerait aussi s’acheter un condo. Comment y arriver?

 

 

 

 

 

 

À 10 ans, la fille de Sophia montre un talent certain pour les études. Pour l’aider à développer son potentiel, sa mère veut l’envoyer dans une école privée au secondaire. Facture estimée : 5000 $ par année. « J’ai décidé de m’y prendre d’avance pour accumuler ce montant, explique Sophia. Je veux être sûre d’avoir l’argent nécessaire pour que ma fille soit bien protégée. » Actuellement, elle a accumulé 8100 $ dans un compte pour cela.

Prévoyante, elle a également mis de côté 8000 $ dans le régime enregistré d’épargne-étude (REEE) de sa fille. Cela aidera à payer ses études postsecondaires.

Si l’éducation de sa fille est sa principale priorité, Sophia a également d’autres projets.La mère monoparentale aimerait quitter son appartement pour s’acheter un condo de deux chambres à Montréal. Elle a épargné 15 200 $ pour sa mise de fonds actuellement. « Je suis allée voir une institution financière. On m’a dit que je pouvais m’acheter un condo de 240 000 $ au maximum, explique-t-elle. Je trouve toutefois que c’est beaucoup, j’ai peur de me sentir étouffée avec ce paiement. Je serais plus à l’aise en achetant un condo de 220 000 $ ou moins. » Son salaire est de 58 600 $ par an.

Elle envisage aussi de changer sa voiture, un modèle 2006, d’ici quelques années. « J’en prendrais une usagée parce que je l’utilise peu, explique Sophia. Pour le travail, je prends le transport en commun. » Elle se dit toutefois prête à mettre ce projet de côté pour consacrer son argent au condo si nécessaire.

 

Vous aimerez également : Famille monoparentale : comment protéger vos finances

 

Autre chose? Comme elle a un fonds de pension au travail, elle se demande si elle doit vraiment cotiser à son régime enregistré d’épargne retraite (REER). « J’aimerais aussi faire un voyage dans le sud avec ma fille dans les prochaines années, confie-t-elle. Mais avec mon budget, je doute que ce soit réaliste… Je cherche des possibilités pour atteindre mes buts dans les trois à quatre prochaines années. J’ai besoin de conseils. »

Stratégie proposée

Au départ, Félix Deschatelets et Chanelle Montpetit, planificateurs financiers chez N15, doutaient que ces projets étaient réalisables en si peu de temps. En y regardant de plus près, ils ont néanmoins trouvé une stratégie pour que Sophia puisse réaliser ses objectifs!

Première étape : l’optimisation. « Son épargne est éparpillée dans des comptes d’épargne. Ce n’est pas l’idéal d’un point de vue fiscal », signale M. Deschatelets. Il lui recommande de placer l’argent pour les études de sa fille selon sa tolérance au risque. Le tout à l’intérieur d’un compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Elle obtiendrait ainsi de meilleurs rendements et ceux-ci ne seraient pas imposables.

En continuant d’épargner, Sophia aura accumulé l’argent nécessaire aux études secondaires de sa fille dès sa rentrée. Ensuite, elle aura donc une marge de manœuvre dans son budget pour la réalisation d’autres projets.

D’ailleurs, l’achat d’un condo de 220 000 $ amorti sur 25 ans avec une mise de fonds de 10 % représenterait un coût supplémentaire d’environ 440 $ par mois dans son budget. « Cela comprend les taxes et les frais de condo », souligne Mme Montpetit. Évidemment, ces frais peuvent varier d’un condo à un autre.

Les planificateurs proposent d’ailleurs une stratégie intéressante pour sa mise de fonds. En cotisant au REER plutôt que de laisser l’argent dans un compte d’épargne, la mère monoparentale pourrait retrouver 65 % de son investissement. Comment? Avec le remboursement d’impôt et l’augmentation des prestations gouvernementales, comme l’allocation canadienne pour enfants, par exemple. « En choisissant le REER de la FTQ, elle irait chercher 30 % additionnels pour un total de 95 %, avance M. Deschatelets. C’est presque la totalité de la somme investie. »

L’investissement annuel maximum au REER de la FTQ, pour obtenir le crédit d’impôt additionnel, est de 5000 $. « Ces économies d’impôt lui permettront de mettre de l’argent de côté pour la voiture », indique M. Deschatelets. Par contre, si elle pouvait obtenir un financement à un taux d’intérêt très bas chez le concessionnaire, cela pourrait aussi être intéressant. « Il faut voir si elle est à l’aise avec ça, car elle ne semble pas aimer l’idée d’avoir des dettes », note-t-il.

Sophia pourrait aussi utiliser une partie de son remboursement d’impôt pour partir en voyage avec son enfant. Cela retarderait cependant quelque peu l’achat de la voiture si elle souhaite la payer comptant. « Elle va avoir un choix à faire », souligne M. Deschatelets.

Finalement, au moment d’acheter le condo, Sophia pourra utiliser le régime d’accession à la propriété (RAP). Celui-ci permet de retirer jusqu’à 25 000 $ de son REER sans avoir à payer d’impôt.

Version adaptée d’un texte publié précédemment dans La Presse.

Nathalie Côté

2 commentaires

  • lily

    je suis contente pour les autres meres moi aussi je suis mama monoparental de trois enfants mais je sais pas si dans mon cas existe la posibilite encore.

    • Nathalie Côté

      Bonjour,
      C’est une stratégie qui peut être appliquée par n’importe qui, mais dont les effets peuvent varier en fonction de votre situation personnelle. L’idéal pour vous serait de rencontrer un conseiller qui pourra vous guider en fonction de votre situation.