Planifier des funérailles : comment économiser?

cimetière funérailles

Planifier des funérailles peut coûter cher. « En moyenne, des funérailles coûtent environ 6000 $, indique Hélène Hétu, consultante budgétaire à l’ACEF Rive-Sud de Montréal. Mais cela peut coûter beaucoup plus cher. J’ai déjà vu un cercueil en bronze à 40 000 $. » Comment économiser?

 

 

 

 

La première chose à faire: se questionner sur ses priorités. « Qu’est-ce qui est important pour nous? Est-ce qu’on veut être exposé? Est-ce qu’on préfère la crémation? Souhaite-t-on une musique en particulier ou la projection de photos? Ce sont toutes des choses auxquelles on peut réfléchir », indique Mme Hétu.

Dans le cas de la planification de vos propres funérailles, vous pourrez rédiger votre « liste d’épicerie ». Vous pourrez y consigner vos volontés comme le type de cérémonie, la manière de disposer des cendres, l’endroit de l’enterrement, etc. Vous pourrez choisir en tenant compte de vos valeurs et de votre budget.

Ensuite, il est important d’en discuter avec ses proches. « Dans son livre, Pierre-Yves McSween indique avec raison qu’exprimer ses volontés évite aux héritiers de se sentir jugés d’organiser des funérailles peu coûteuses, indique Mme Hétu. Souvent, les gens veulent organiser des grosses funérailles en se disant que la personne le mérite. Mais lorsqu’on parle à des gens âgés, ils nous disent souvent qu’ils ne veulent pas de ça. Ils préfèrent laisser un plus gros héritage. »

D’autres astuces pour économiser

Une fois les priorités et le budget bien établis, voici quelques autres astuces pour économiser.

  • Évidemment, c’est une étape difficile, surtout lorsque le décès est inattendu. Vous pourriez toutefois économiser beaucoup en vous adressant à deux ou trois maisons funéraires. « C’est très émotif et c’est pourquoi on encourage les gens à en parler avant », souligne Mme Hétu.
  • Acheter les biens et services à la pièce plutôt que de prendre un forfait. « On ne sait pas combien coûte chaque item parce que c’est un prix global, fait valoir Mme Hétu. Souvent, tout est augmenté. »
  • Considérer les coopératives funéraires. « Ce qui est intéressant, c’est que les vendeurs ne sont pas payés à la commission, signale Mme Hétu. C’est intéressant pour le budget, car ils ne sont pas payés davantage en vous faisant acheter plus. »
  • Se faire accompagner et prendre le temps d’y réfléchir. « Sinon, on peut facilement se laisser emporter par l’émotion et par ce que nous dit le vendeur », note Mme Hétu.

Comment payer les funérailles?

Tout le monde va mourir un jour, c’est une certitude. Il est donc possible de prévoir, par différents moyens, le paiement des funérailles. Voici les différentes options.

  • Prestation de décès. « Quand on a travaillé environ 10 ans à temps plein, Retraite Québec remet une prestation de décès de 2500 $. Elle doit servir à payer nos frais funéraires, indique Mme Hétu. Si une personne n’a pas travaillé et n’a pas d’argent, elle pourrait avoir droit à des prestations spéciales pour frais funéraires. »
  • Mettre de l’argent de côté en prévision des funérailles.
  • Prendre une assurance vie. « Si aucun bénéficiaire n’est nommé, l’argent ira dans la succession avec le reste, explique Mme Hétu. Mais souvent, les gens vont inscrire le nom de quelqu’un comme bénéficiaire. L’assurance vie est alors divisée selon ce qu’on a choisi à notre décès. Cela signifie que les héritiers pourront faire ce qu’ils souhaitent avec cet argent-là. Ils ne seront pas tenus de payer les frais funéraires. »
  • Faire des préarrangements funéraires. Évidemment, vous devez avoir les sommes nécessaires pour le faire. « On peut opter pour un petit forfait de base qui pourra être bonifié par la suite », suggère Mme Hétu. Dans certaines grosses entreprises funéraires, il est possible de faire transférer son contrat ailleurs si on déménage. De plus, si jamais l’entreprise fait faillite, le montant payé est protégé. « La compagnie doit verser les sommes dans un compte protégé en fidéicommis, explique Mme Hétu. Donc, même en cas de faillite, le contrat va continuer d’exister. Il sera transféré à une autre compagnie. »

L’Office de la protection du consommateur offre d’ailleurs beaucoup d’information concernant les contrats de préarrangements funéraires.

D’autres bonnes idées

Au-delà des funérailles, il y a d’autres détails importants à penser en vue d’un décès. En voici quelques-uns.

  • Rédiger un testament et un mandat d’inaptitude.
  • Préparer un dossier « en cas de décès ». Il aidera vos proches à trouver facilement toute l’information nécessaire après votre mort.
  • Ouvrir des comptes personnels si vous n’avez qu’un compte conjoint dans votre couple. En cas de décès, le compte conjoint sera gelé pendant quelque temps.

Prévoir ce qui arrivera après un décès et en discuter avec ses proches n’est pas nécessairement agréable. Mais ça ne fait pas mourir non plus. Vous pourriez ainsi éviter bien des soucis et des dépenses inutiles.

Nathalie Côté
Suivez-moi

Nathalie Côté

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *