Evenko : demande de recours collectif

Recours collectif evenko

Vous avez payé des frais pour des billets électroniques ou à ramasser à la billetterie? Une demande de recours collectif vient d’être déposée contre l’Aréna des canadiens inc. L’entreprise possède et exploite evenko.com, un site de vente de billets de spectacles et autres événements.

 

 

 

 

Le Groupe de droit des consommateurs, responsable du dossier, indique qu’evenko facture entre 5 $ et 7 $ de frais pour des billets non envoyés par la poste (le plus souvent 5,75 $). Pourtant « ces services ne leur coûtent rien ou, tout au plus, qu’un coût marginal », indique-t-on.

Le Groupe de droit des consommateurs juge qu’il s’agit d’une forme d’exploitation en vertu de la Loi sur la protection du consommateur du Québec. « Aucun des concurrents d’evenko sur le marché primaire ne facture des frais de livraison similaire aux consommateurs, à moins que le billet ne soit envoyé par courrier ou par un service de livraison », note-t-il.

Evenko estime pour sa part qu’il n’y a rien d’abusif dans cette pratique. Son porte-parole a indiqué à Radio-Canada que « l’ajout de frais pour le service de billetterie est une pratique courante dans le secteur du divertissement, tant au Québec que dans le reste du pays ou ailleurs en Amérique du Nord. »

15$ par achat

Dans sa demande, le Groupe réclame 15 $ par achat pour chacun des consommateurs membres du recours collectif à titre de dommages punitifs.

Evenko produit annuellement plus de 1200 événements musicaux, familiaux et sportifs, au Québec, dans les provinces de l’Atlantique et dans le nord-est des États-Unis, selon son site Internet.

Si vous désirez vous inscrire au recours collectif (sans frais), vous devez le faire sur le site du Groupe de droit des consommateurs. Ainsi, vous pourrez être tenu informé de l’avancement du dossier et du versement d’une indemnité, s’il y en a une éventuellement.

Nathalie Côté

Nathalie Côté

Journaliste chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté