L’hypothèque inversée : une option pour votre retraite ?

Vous planifiez votre retraite et aimeriez augmenter vos revenus ? Vous êtes propriétaire de votre résidence ? La publicité sur l’hypothèque inversée vous fait miroiter la possibilité de maintenir votre niveau de vie. Voici quelques détails à considérer avant de choisir cette option.

 

 

 

 

Qu’est-ce qu’une hypothèque inversée ?

Vous êtes sans doute familier avec l’hypothèque traditionnelle. Il s’agit d’un prêt garanti par la valeur de votre résidence que vous remboursez mensuellement.

Dans le cas de l’hypothèque inversée, la banque vous verse de l’argent pris à même la valeur nette de votre maison. Vous n’avez donc aucun paiement à faire jusqu’à la vente de la résidence ou votre décès.

Ce produit s’adresse aux propriétaires âgés de 55 ans ou plus. Vous pouvez emprunter jusqu’à 55 % de la valeur nette de votre propriété. Vous aurez alors l’option de recevoir un versement mensuel ou un montant forfaitaire. Ce dernier peut être utilisé pour rembourser des dettes, investir, rénover, voyager, etc.

À la vente de votre résidence ou à votre décès, la banque remboursera le prêt à même l’argent de la vente. Le solde, s’il y a lieu, sera versé à vous ou votre succession.

Deux institutions financières offrent l’hypothèque inversée, mais une seule est disponible pour les résidents du Québec. Il s’agit de la Banque HomeEquity.Cette dernière gère le Programme canadien de revenu résidentiel (PCRR) mieux connu sous le nom de « CHIP hypothèque inversée » (Canadian Home Income Plan). Vous pouvez obtenir ce produit par leur entremise ou par celle d’un courtier hypothécaire.

Quels sont les avantages d’une hypothèque inversée ?

  • Vous restez propriétaire de votre demeure.
  • Vous n’avez aucun remboursement mensuel à faire.
  • L’argent versé n’est pas imposable, car il s’agit d’un prêt et non d’un revenu. Les sommes versées n’affectent donc pas vos prestations gouvernementales comme le supplément de revenu garanti, par exemple.

Quels sont les inconvénients d’une hypothèque inversée ?

  • Le taux d’intérêt est plus élevé que celui offert pour un prêt traditionnel ou une marge de crédit.
  • Les frais d’administration et de clôture sont élevés (1995 $).
  • Le montant accordé varie selon l’âge des propriétaires, le lieu de résidence et l’état de la maison et du marché immobilier.
  • Certaines régions sont inadmissibles en raison du marché immobilier.
  • Vous devez payer les taxes foncières, l’assurance habitation et l’entretien de votre résidence.
  • La propriété doit être votre résidence principale. Vous devez donc l’habiter au moins six mois par année.
  • Avant de vous verser de l’argent, la banque remboursera le solde de tout prêt garanti par votre résidence.
  • À votre décès, le remboursement de votre hypothèque inversée pourrait réduire considérablement les sommes versées à votre succession. Un pensez-y-bien si vous comptiez laisser votre maison en héritage.

Cette solution est-elle pour vous ?

Les experts affirment que cette solution vise les « House rich—cash poor ». Ce sont ceux qui ont accumulé une valeur nette sur leur maison, mais n’ont pas les moyens de rembourser un prêt. Ils refusent de déménager, mais ils ont besoin d’argent pour maintenir leur niveau de vie.

L’hypothèque inversée s’inscrit donc dans la philosophie « profitez maintenant, payez plus tard ». La clientèle préfère payer des intérêts élevés et des frais d’administration à la vente de la résidence plutôt qu’assumer des mensualités.

Il existe toutefois des façons plus avantageuses d’utiliser la valeur nette de votre résidence pour vos vieux jours. Vous pouvez refinancer votre demeure, contracter une deuxième hypothèque, obtenir une marge de crédit hypothécaire ou vendre votre résidence.

Avant de prendre une décision, contactez un conseiller indépendant ou un planificateur financier. Ce dernier vous suggérera différentes options adaptées à votre situation.

Lyne Desruisseaux
Suivez-moi

Lyne Desruisseaux

Diplômée en sciences de la consommation de l'Université Laval, Lyne Desruisseaux a été consultante budgétaire pendant 10 ans, avant de devenir maman à la maison. Maintenant que ses filles sont plus grandes, elle renoue avec sa passion: les finances personnelles.
Lyne Desruisseaux
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *