Cinq questions pour votre planificateur financier

planificateur financier

Un bon planificateur financier pose de nombreuses questions pour déterminer vos besoins et votre profil. Comme client, vous devriez aussi poser certaines questions. En voici cinq.

 

 

 

 

Quelles sont vos compétences?

Avant de confier quoi que ce soit à un planificateur financier, assurez-vous qu’il est ce qu’il prétend. « Il doit avoir un permis, rappelle Jocelyne Houle-LeSarge, présidente-directrice générale de l’Institut québécois de la planification financière (IQPF). Les gens devraient vérifier cette information sur le site de l’IQPF ou de l’Autorité des marchés financiers. » Certains planificateurs financiers peuvent en avoir plusieurs, pour vous offrir des placements ou des assurances, par exemple.

Questionnez-le aussi sur son champ d’expertise. « Un planificateur financier peut aussi être notaire, conseiller en sécurité financière ou fiscaliste », cite en exemple Angela Iermieri, porte-parole et planificatrice financière chez Desjardins. » Si vos besoins sont variés, il devrait travailler en collaboration avec d’autres membres de son équipe. Sinon, il devrait vous recommander à d’autres professionnels.

Comment êtes-vous payé?

Demandez au planificateur financier comment il est rémunéré et quels frais vous devrez payer. « Les planificateurs des institutions financières sont salariés, mais d’autres sont payés à honoraires, indique Mme Iermieri. Il peut aussi y avoir des commissions et des frais de gestion sur les produits vendus. »

« Si rencontrer la personne ne coûte rien, est-ce encore gratuit si je ne prends pas le produit proposé? », suggère également de demander Mme Houle-LeSarge.

Sur quoi se basent vos recommandations?

Informez-vous sur les hypothèses utilisées pour faire les projections. « On devrait demander quelles sont les hypothèses quant aux rendements espérés, à l’espérance de vie, le taux d’inflation, etc. », énumère Mme Iermieri.

Pour recevoir de bonnes recommandations, vous devez toutefois éviter de faire des cachettes. « Le travail du planificateur financier va être aussi bon que l’information recueillie », souligne Mme Houle-LeSarge. Mieux vaut donc être le plus transparent possible pour recevoir des conseils justes.

Est-ce que je comprends bien?

Reformulez les propos du planificateur financier dans vos mots pour vous assurer d’avoir bien compris ses explications. Demandez des précisions si certaines explications manquent de clarté.

« Souvent, les gens hésitent à poser des questions de crainte d’avoir l’air de ne pas connaître ça, constate Mme Iermieri. Si on vous propose quelque chose qui vous rend mal à l’aise ou que vous ne comprenez pas, posez des questions. Ça démontre un intérêt. Plus le client pose des questions, plus cela devient intéressant. »

Quelles sont les prochaines étapes?

Renseignez-vous sur la suite des choses après avoir reçu ses recommandations. « On peut lui demander quand on se revoit et quel sera son rôle dans la réalisation du plan, indique Mme Iermieri. Est-ce qu’il continue d’être présent ou il vous recommande à quelqu’un d’autre? »

Quoi qu’il en soit, un certain suivi devrait se faire. « Le plan devrait être révisé, indique Mme Houle-LeSarge. Est-ce qu’on a atteint nos objectifs? Si oui, sommes-nous encore dans les paramètres qu’on s’était fixés? » Vous devriez aussi le revoir s’il y a un changement important dans votre vie (naissance, perte d’emploi, etc.).

Texte publié précédemment dans La Presse.

Nathalie Côté
Suivez-moi

Nathalie Côté

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Journaliste depuis 18 ans, Nathalie Côté a travaillé plusieurs années dans la presse locale avant de devenir pigiste pour différentes publications dont La Presse et Protégez-Vous. Elle est la fondatrice d'Économies et cie.
Nathalie Côté
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *