Encaisser votre REER pour rembourser vos dettes : une bonne idée?

Encaisser REER rembourser dettes

 

Certains contribuables hésitent entre cotiser à leur REER ou payer leurs cartes de crédit. D’autres songent plutôt à encaisser leurs REER pour rembourser leurs dettes. Est-ce une bonne solution ? Dans la majorité des cas, la réponse est non. En effet, les conséquences à court et à long terme de cette stratégie sont nombreuses.

 

 

Les conséquences d’encaisser un REER pour rembourser des dettes

1. Retenue d’impôt

Quand vous avez investi dans votre REER, vous avez récupéré l’impôt payé sur ce montant. Si vous le rachetez, l’institution financière retiendra un montant d’argent pour le verser au fisc.

Taux retenues à la source

Par exemple, si vous retirez 10 000 $ de votre REER, 25 % de ce montant sera retenu à la source. Vous ne recevrez donc que 7 500 $.

2. Frais de retrait

De nombreuses institutions financières exigent des frais de transaction pour des retraits anticipés. Vous pourriez aussi devoir payer une pénalité représentant un pourcentage du montant retiré.

3. Impossibilité de liquider certains placements

Certains placements ne permettent pas le retrait d’un REER pour rembourser des dettes. C’est le cas entre autres du fonds de solidarité de la FTQ. Celui-ci permet l’encaissement d’un REER « seulement s’il s’agit d’une dette qui entraine une interruption d’un service essentiel ou encore si vous faites l’objet d’une saisie judiciaire sur un bien essentiel. »

4. Augmentation de votre revenu imposable

Les sommes retirées de votre REER s’ajouteront à votre revenu annuel. Cette augmentation de revenu pourrait hausser votre taux d’imposition. Elle pourrait aussi diminuer les sommes reçues dans le cadre de certaines mesures fiscales comme l’allocation canadienne pour enfant ou le crédit pour la TPS.

5. Perte de vos droits de cotisation

Contrairement au CELI, vous ne récupérez pas vos droits de cotisation après le rachat d’un REER. Vous ne pourrez donc pas réinvestir ces sommes plus tard. Vous devrez vous contenter de vos nouveaux droits accumulés.

6. Perte de votre rendement

L’avantage d’investir tôt dans un REER est de profiter des intérêts composés.

Par exemple, une somme de 10 000 $ laissée dans votre REER pendant 25 ans à un taux de rendement de 5 % aura une valeur de 34 813 $.

Vous planifiez réinvestir 10 000 $ après le remboursement de vos dettes ? S’il ne vous reste que 10 ans pour le faire fructifier, sa valeur ne sera que de 16 470 $.

7. Impact sur votre revenu à la retraite

Si vous retirez vos REER aujourd’hui, vous diminuez le revenu disponible à votre retraite. Si vous êtes travailleur autonome ou n’avez pas de fonds de pension, votre sécurité financière sera alors compromise.

 

Que faire avant d’encaisser vos REER?

De nombreuses solutions existent pour résoudre un problème d’endettement. Vous pouvez augmenter vos revenus, vendre des actifs, consolider vos dettes, ou même faire une proposition de consommateur. N’hésitez pas à consulter afin de bénéficier de conseils professionnels adaptés à votre situation.

 

 

 

 

 

Suivez-moi

Lyne Desruisseaux

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Diplômée en sciences de la consommation et qualifiée comme conseillère en insolvabilité, Lyne a été consultante budgétaire auprès d’organismes à but non lucratif pendant plusieurs années. Elle est maintenant rédactrice et se spécialise en consommation et finances personnelles.
Lyne Desruisseaux
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.