Virement Interac : comment vous protéger contre la fraude

Virement Interac

Les Canadiens sont de plus en plus nombreux à préférer le transfert de fonds numérique aux chèques ou à l’argent comptant. En 2018, ils ont utilisé ce service plus d’un million de fois par jour. Pour Interac, c’est une hausse du volume de transactions de 54 % par rapport à 2017.

Toutefois, si le nombre de transactions est à la hausse, le nombre de fraudes l’est aussi ! Vous êtes probablement familier avec les textos vous avisant d’un dépôt de l’Agence du revenu du Canada. Plusieurs consommateurs se font aussi prendre à transférer de l’argent à un vendeur affichant une fausse annonce sur internet.

Mais un troisième type de fraude touche les utilisateurs de virement Interac : l’interception des transferts d’argent.

L’interception d’un virement Interac

 La CBC présentait récemment le cas d’Anne Hoover, une Ontarienne dont le transfert d’argent a été intercepté par un fraudeur. Ce type d’arnaque se produit lorsque l’adresse de courriel de l’envoyeur a été piratée. Le message est intercepté par le pirate informatique qui devine la réponse à la question de sécurité. Il redirige alors l’argent vers son propre compte bancaire.

À la base d’une telle fraude :

  • Une messagerie compromise par un mot de passe trop facile à déchiffrer.
  • La réponse à la question de sécurité trop facile à deviner.

Comment protéger votre virement Interac des fraudeurs

 

Protégez votre messagerie

Dans un premier temps, vous devez sécuriser votre messagerie. Vérifiez si celle-ci a été piratée.

Trois indices de piratage :
  • Vous recevez un avis de changement de mot de passe sans en avoir fait la requête.
  • Un de vos contacts reçoit un courriel de votre part que vous n’avez pas jamais envoyé.
  • Vous remarquez que des messages ont été lus ou envoyés.
 Deux points à vérifier :
  • Est-ce que quelqu’un d’autre s’est récemment connecté à votre compte de messagerie? Par exemple, si vous utilisez le service de messagerie Gmail, vérifiez les récentes connexions depuis votre compte Google.
  • Consultez le site Have I been Pwned. Vous saurez si la sécurité de votre adresse courriel a été compromise par un vol d’informations.
Si vous découvrez que votre messagerie a été compromise :
  • Changez votre mot de passe.
  • Choisissez un mot de passe fort ou complexe.
  • Utilisez un mot de passe différent pour chaque site web auquel vous vous inscrivez.
  • Activez la vérification à deux niveaux pour votre service de messagerie et votre institution financière.
  • Avisez vos contacts, votre institution financière et les autres organisations avec lesquelles vous faites affaire. Vous éviterez ainsi que le fraudeur les contacts pour modifier votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.

 

Protégez vos transactions

Au moment de faire un virement de fonds électronique, adoptez les mesures suivantes :

  • Choisissez une question de sécurité dont la réponse est difficile à deviner. Ou encore, qui n’a aucun lien avec la question.
  • Envoyez la réponse à la question de sécurité par un autre moyen que celui utilisé pour donner la question. Utilisez un texto ou un autre service de messagerie.
  • N’activez pas l’option de dépôt automatique des transferts électroniques. Privilégiez la vérification grâce à une question de sécurité. Contactez votre institution financière pour connaître les détails.
  • N’utilisez jamais de wifi public gratuit pour faire des transactions financières.
  • Après avoir effectué une transaction bancaire, fermez la fenêtre de votre navigateur et effacez vos données de navigation.

Les transactions par transfert de fonds électronique peuvent être aussi, sinon plus sécuritaires que l’utilisation de l’argent liquide. Il suffit d’être prudent et de mettre en place quelques mesures de sécurité !

Lisez notre texte Fraude : comment la prévenir? pour découvrir d’autres astuces pour vous protéger. 

Suivez-moi

Lyne Desruisseaux

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Diplômée en sciences de la consommation et qualifiée comme conseillère en insolvabilité, Lyne a été consultante budgétaire auprès d’organismes à but non lucratif pendant plusieurs années. Elle est maintenant rédactrice et se spécialise en consommation et finances personnelles.
Lyne Desruisseaux
Suivez-moi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.