Achat d’un chalet : 9 conseils pour faire le bon choix

conseils achat chalet

De nombreux Québécois rêvent de posséder un chalet ! Certains souhaitent s’évader de la ville, profiter d’un plan d’eau ou pratiquer des sports d’hiver. D’autres tombent en amour avec une région et désirent s’y bâtir un pied à terre.

Malheureusement, les chalets sont trop souvent achetés sur un coup de cœur ! Voici donc 9 conseils pour vous aider à faire le bon choix et éviter la catastrophe !

 

 

1. Trouvez l’endroit parfait

Location, location, location! Ce principe clé en immobilier est tout aussi important pour l’achat d’une résidence secondaire.

Que recherchez-vous ?

  • Le décor : un plan d’eau, une forêt ou la montagne ?
  • Les activités à proximité : chasse, pêche, baignade, kayak, bateau moteur, ski ou sentiers pédestres ?
  • Un accès direct ou un droit de passage vers un plan d’eau ?
  • À quelle distance de votre lieu de résidence ?
  • À quelle distance de vos activités préférées ?
  • L’accessibilité aux différents services, dont l’épicerie et la station d’essence.
  • Un environnement paisible ou une communauté de vacanciers ?
  • Un accès 4 saisons ou seulement en période estivale ?
  • Un revenu de location en votre absence?

Finalement, achetez-vous pour revendre à court terme ? Ou au contraire, souhaitez-vous éventuellement y déménager de façon permanente ? Si vous envisagez du court terme, peut-être que la location serait plus avantageuse pour vous. Sinon, assurez-vous que le marché immobilier vous est favorable dans la région choisie.

 

Vous aimerez également « Acheter sur les terres de l’état ».

 

2. Évaluez vos besoins

Vous avez trouvé l’endroit de vos rêves ? Il faut maintenant déterminer vos besoins pour le bâtiment :

  • Le nombre de chambres à coucher ;
  • Le nombre de salles de bain et de salle d’eau ;
  • La superficie des pièces ;
  • Le nombre d’étages ;
  • L’isolation pour une occupation quatre saisons ;
  • La nécessité d’un sous-sol, d’un garage ou d’un cabanon.

3. Déterminez le coût d’acquisition

Il n’y a pas que le prix de vente à considérer. Voici quelques dépenses souvent négligées par les acheteurs :

  • Les frais de déboisement si vous construisez ou si le terrain est inoccupé depuis quelque temps.
  • Le coût de l’installation ou du remplacement d’une fosse septique et d’un puits artésien.
  • Les droits de mutation.
  • Les frais d’inspection.
  • Les frais d’évaluation du bâtiment s’ils ne sont pas payés par la banque.
  • Les frais de notaire.
  • Les frais de courtier, au besoin.
  • Le coût de l’ameublement et des accessoires nécessaires pour y vivre.
  • Le coût de l’équipement d’entretien comme des pelles, une souffleuse ou une tondeuse.
  • Le coût d’un cabanon ou autres équipements désirés.

4. Faites votre budget

Une résidence secondaire doublera une partie de vos dépenses mensuelles. Même une occupation de quelques mois aura un impact sur votre budget. Par exemple :

  • La mensualité de votre prêt si vous financez votre achat ;
  • Les assurances ;
  • Les taxes municipales ;
  • L’entretien général ;
  • Les frais d’entretien du chemin pour avoir accès au chalet ;
  • L’essence et les coûts de transport pour vous y rendre ;
  • L’électricité, le câble, internet, l’achat du bois de chauffage, etc.

5. Trouvez du financement

Après avoir évalué vos besoins et leurs coûts, vous devez financer votre rêve. C’est la douche froide qui en attend plusieurs !

Il faut savoir qu’un prêt pour une résidence secondaire est difficilement assurable par la SCHL. En effet, un seul prêt peut être assuré par l’organisme. Si vous avez déjà une hypothèque assurée par eux, vous ne pourrez le faire pour votre nouveau prêt. Vous devez également être propriétaire occupant et y demeurer entre 3 et 4 mois minimum par année. Finalement, vous n’avez pas le droit de louer votre résidence si son financement est assuré par la SCHL.

Si vous vous qualifiez auprès de la SCHL, prévoyez entre 5 % et 20 % pour la mise de fonds. Sinon, vous devrez fournir 20 % de mise de fonds pour obtenir du financement. Notez que votre résidence principale pourrait servir de levier pour financer cette dernière.

6. Contactez votre assureur

Le coût des assurances pour une résidence secondaire est un autre facteur à considérer. En effet, votre prime sera influencée par les risques que représentent votre terrain et votre temps d’occupation. Certains assureurs sont très frileux à l’égard des chalets et vous pourriez devoir magasiner.

7. Faites affaire avec un agent immobilier

Les gens ont le réflexe d’engager un agent immobilier lors de l’achat d’une résidence principale. Leurs services sont tout aussi utiles pour l’achat d’une résidence secondaire ou même d’un terrain.

Leur connaissance du marché et de ses pièges vous sera précieuse. Ils vous aideront aussi à dénicher le site parfait. De plus, ils vous assisteront au moment de négocier et de conclure une entente.

Notez toutefois que vous pourriez devoir payer leurs honoraires si le vendeur n’a pas de courtier.

8. Posez des questions !

Vous avez trouvé la perle rare ? C’est le temps de poser toutes vos questions ! En voici quelques-unes à ne pas oublier :

Puits artésien

La plupart des chalets ne sont pas raccordés à un système d’aqueduc ou d’égout. Si vous n’êtes pas familier avec les puits artésiens, c’est le temps de vous informer ! Vérifiez la qualité de l’eau potable. Assurez-vous que le puits est assez profond pour la taille de votre famille. Faites inspecter les installations pour connaître l’état de l’équipement. Faites également tester la qualité de l’eau. Demandez même à goûter et sentir l’eau !

Fosse septique

Faites inspecter la fosse et vérifier le champ d’épuration. Demandez quand la fosse a été vidée pour la dernière fois. Vous pouvez exiger dans votre offre d’achat qu’elle le soit avant la prise de possession. Exigez également une preuve de conformité. Finalement, assurez-vous que sa capacité soit suffisante pour le nombre de personnes qui l’utiliseront.

Zone inondable

Exigez un certificat de localisation. Assurez-vous que votre terrain n’est pas situé dans une zone inondable. Vérifiez également qu’il n’empiète pas sur une bande de protection riveraine sans droits acquis.

Accessibilité en hiver

Informez-vous sur l’état du chemin d’accès en hiver. Demandez qui s’occupe du déneigement et si des frais y sont associés.

Accessibilité au plan d’eau

Si votre terrain offre un accès à un plan d’eau, vérifier les titres de propriété. Assurez-vous que le droit de passage, s’il y a lieu, est transférable à un nouvel acheteur. Vérifiez également la qualité de l’eau et s’il y a présence d’algues bleues.

9. Envisagez un plan B

Votre budget ou vos recherches vous découragent ? C’est le temps d’envisager un plan b !

Par exemple, vous pouvez considérer la location d’un chalet plutôt que l’achat. Investir avec des amis ou acheter en copropriété. Vous procurer un terrain pour éventuellement y bâtir votre nid. Vous pourriez aussi acheter un chalet plus âgé et le rénover au fil des ans. Attention toutefois aux droits acquis et restrictions !

Finalement, vous pourriez reporter votre projet le temps de mettre de l’argent de côté. L’achat d’un chalet peut être une excellente motivation pour mettre de l’ordre dans vos finances et épargner !

 

 

Lyne Desruisseaux
Suivez-moi

Lyne Desruisseaux

Rédactrice en chef chez Économies et cie
Diplômée en sciences de la consommation et qualifiée comme conseillère en insolvabilité, Lyne a été consultante budgétaire auprès d’organismes à but non lucratif pendant plusieurs années. Elle est maintenant rédactrice et se spécialise en consommation et finances personnelles.
Lyne Desruisseaux
Suivez-moi

Laisser un commentaire